Recherche
Se connecter

Le courrier physique serait-il le meilleur moyen de toucher vos clients ?

Publié par le

Une récente étude conduite par l'institut International Communications Research (ICR) pour le fabricant de machines à affranchir Pitney Bowes vient de révèler « qu'à l'ère du numérique, le consommateur préfère le courrier physique à tout autre mode de communication. »

  • Imprimer
Pitney Bowes vient de publier sa quatrième étude, depuis mars 1999, concernant les supports préférés des Français en termes de marketing direct. Cette édition 2007 souligne que 73 % des sondés préfèrent recevoir par courrier des annonces de nouveaux produits ou des offres de la part de sociétés dont ils sont clients, contre 18 % qui préfèrent l'e-mail. 70 % des répondants préfèrent également le courrier pour recevoir des informations non sollicitées concernant des produits ou des services de sociétés avec lesquelles ils ne sont pas encore en relation. Concernant les informations confidentielles comme des factures, des relevés bancaires ou des rapports financiers, le courrier est de loin en tête avec 86 % des préférences, contre 10 % pour l'e-mail. Un résultat similaire à celui de l'étude publiée en 2004 prouvant que le courrier physique reste le moyen le plus sécurisé pour correspondre avec ses clients. A la vue de ces résultats, l'enquête s'est également intéressée aux avantages du courrier face aux e-mails ou aux appels téléphoniques non sollicités. Les personnes consultées ont répondu que le courrier était moins gênant, car il n'interrompt pas l'activité en cours (45,3 %), plus commode, car il peut être mis de côté et étudié à loisir (40,2 %), moins pressant, laissant le temps de la décision (30,2 %), plus clair, donnant une meilleure idée de l'offre (22,7 %) et plus persuasif, car il encourage une réponse (12 %). « Cette étude montre clairement que le courrier est indiscutablement préféré à l'e-mail. En travaillant avec nos clients, nous constatons que le courrier reste l'outil marketing le plus efficace pour communiquer avec une clientèle, explique Stacy DeWalt, vice-président marketing et développement des marchés verticaux chez Pitney Bowes Management Services.

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet

Leads Vérifiés, un outil de qualification des leads
Conquête client
Leads Vérifiés, un outil de qualification des leads

Leads Vérifiés, un outil de qualification des leads

Par Aude David

Des prospects pas intéressés, un taux de conversion faible, beaucoup de temps et d'énergie dépensés, les commerciaux ont souvent des difficultés [...]

Digitalisation des points de vente: où en est-on ?
Conquête client
Digitalisation des points de vente: où en est-on ?

Digitalisation des points de vente: où en est-on ?

Par Laurent Bailliard

Face à l'explosion du e-commerce, les points de vente n'ont plus d'autre choix que de se digitaliser. La raison ? Faire vivre une expérience [...]

RGPD : démêlez le vrai du faux
Conquête client
RGPD : démêlez le vrai du faux
https://www.vectaury.io/fr/blog/mythe-ou-r%C3%A9alit%C3%A9

RGPD : démêlez le vrai du faux

Par Stéphane Guillard

Depuis plusieurs mois maintenant, le Règlement général sur la protection des données alimente toutes les conversations des acteurs de la data. [...]

Faut-il encore investir dans la fidélisation?
Conquête client
Faut-il encore investir dans la fidélisation?
cristina_conti - stock.adobe.com

Faut-il encore investir dans la fidélisation?

Par Clément Fages

Totem de la littérature marketing, la fidélité et les stratégies de fidélisation sont devenues de véritables martingales, que Byron Sharp et [...]