Recherche
Se connecter

E-mail marketing : le contrecoup des spams

Publié par le

Les e-mails de prospection sont de moins en moins efficaces aux États-Unis. À l’origine de cette baisse de rendement, le spam, qui détruit la confiance des internautes.

  • Imprimer
Au deuxième trimestre de cette année, le nombre d’e-mails de prospection ayant abouti à un achat est en chute libre aux États-Unis, la baisse étant de plus de 26 %. C’est le résultat alarmant de l’enquête trimestrielle de l’institut DoubleClick. Les taux de retour – c’est-à-dire d’e-mails ouverts et ayant donné lieu à une commande –, sont ainsi passés de 0,3 % un an auparavant à 0,22 % actuellement. L’e-mailing est donc de moins en moins efficace. Pourquoi ? Les internautes, harcelés par des spams en constante progression (en dépit des lois interdisant cette pratique), ne font plus l’effort d’ouvrir les e-mails publicitaires, même lorsque ceux-ci respectent la loi. Cette baisse se reflète d’ailleurs clairement dans les taux d’ouverture, qui ont atteint leur plus bas niveau depuis la fin 2001. Assez logiquement, le B to C est le principal concerné par cette crise de l’e-mailing : le taux de clic pour les messages publicitaires grand public est ainsi passé de 10,7 % l’an passé à 7,6 % ce dernier trimestre. Il faut noter cependant que le B to B, secteur moins visé par le spamming, est relativement épargné et que la baisse de l’efficacité de l’e-mailing s’y est faite un peu moins sentir. Dans certains secteurs, d’ailleurs, le taux de clic est même en progression, par exemple de 8,2 % pour l’édition d’ouvrages professionnels et l’information à valeur ajoutée.

La rédaction vous recommande

Témoignage Feelunique
Témoignage Feelunique

Témoignage Feelunique

Par Bazaarvoice

Feelunique multiplie les interactions clients et augmente son taux de conversion grace aux photos authentiques prises par ses clients

Sur le même sujet

Faut-il encore investir dans la fidélisation?
Conquête client
Faut-il encore investir dans la fidélisation?
cristina_conti - stock.adobe.com

Faut-il encore investir dans la fidélisation?

Par Clément Fages

Totem de la littérature marketing, la fidélité et les stratégies de fidélisation sont devenues de véritables martingales, que Byron Sharp et [...]

Les entreprises françaises ne sont pas suffisamment à l'écoute de leurs clients
Conquête client
Les entreprises françaises ne sont pas suffisamment à l'écoute de leurs clients
http://www.datapressepremium.com/rmdiff/2006682/Eptica_Infographie_Voc_1804_VF.pdf

Les entreprises françaises ne sont pas suffisamment à l'écoute de leurs clients

Par Stéphane Guillard

Si 67% des marques mesurent la satisfaction client, leur approche reste partielle. En effet, la plupart d'entre elles ne l'analysent que par [...]