Comment Imega utilise la réalité augmentée pour ses commerciaux

Publié par le | Mis à jour le
Comment Imega utilise la réalité augmentée pour ses commerciaux

Alors que la réalité augmentée a été popularisée auprès du grand public avec Pokémon Go, ses usages professionnels se développent et notamment auprès des commerciaux. Retour d'expérience avec Imega, entreprise d'installation de signalétique.

  • Imprimer

Panneaux, enseignes, totems publicitaires, drapeaux promotionnels, affiches... l'entreprise Imega conçoit et pose du matériel de signalétique pour des clients issus de la grande distribution (Carrefour ou Cultura), des marques ou des fast foods. Pendant longtemps, ses commerciaux et ses techniciens devaient donc visiter clients et prospects avec un catalogue pour présenter leurs différents produits, puis griffonner au crayon les caractéristiques de l'installation attendue par un client : emplacement exact du mobilier de signalétique, taille des produits... avant de transmettre toutes les informations au studio graphique. Un processus long et fastidieux et dans lequel le risque d'erreur entre la prise du note de l'agent et l'installation était élevé.

C'est pour cela qu'Imega a voulu mettre en place un processus plus fiable. L'entreprise a ainsi décidé, il y a plus d'un an, de recourir à la réalité augmentée via un outil développé par le groupe Faire Valoir auquel elle appartient. Associée à une tablette, l'application AR Survey permet d'incruster tout un catalogue de visuels dans une captation vidéo en direct de son environnement.

La tablette finit souvent dans les mains du client

Si au départ, l'application avait été envisagé pour les techniciens, très vite, le directeur commercial Fabrice Godard a vu l'intérêt qu'il y avait à équiper sa force commerciale du même outil. Ils n'utilisent pas celle-ci à chaque rendez-vous client, mais peuvent l'employer à tout moment en cas "de négociation tendue, ou quand le produit est un peu compliqué, et que le client a du mal à se projeter", explique le directeur commercial. Ils peuvent ainsi montrer à leur prospect ou client à quoi ressemblera leur installation alors qu'ils déambulent ensemble dans le magasin : sur la tablette, le client va voir l'environnement qui l'entoure, sur lequel se superposent les éléments de signalétique qu'il souhaite installer dans son magasin.


Le commercial gagne en crédibilité et en fiabilité, car le prospect sait exactement à quoi s'attendre, grâce aux différents produits chargés dans une bibliothèque. D'ailleurs, "la tablette finit souvent dans les mains du client qui peuvent ainsi modeler la future installation exactement comme il le souhaite, constate Fabrice Godard. Sans compter que les clients réguliers ont même leurs produits déjà personnalisés dans la bibliothèque de contenus, ce qui leur permet de se projeter encore plus facilement. Une fois la simulation effectuée avec le prospect, le commercial peut même l'envoyer par mail en temps réel à son interlocuteur avec les différents éléments discutés avec lui.

Se projeter pour déclencher l'acte d'achat

Les commerciaux ont compris immédiatement le potentiel de l'application. Outre l'image de marque véhiculée par l'outil, cela a diminué leur temps de reporting, et considérablement accéléré le temps de livraison du devis : quand le commercial rentre, le studio de production a déjà les différents éléments, et le devis peut être envoyé en quelques jours, et non plus une semaine. De plus, la probabilité de signature est bien plus élevée, car le prospect a déjà visualisé ce qu'il recevra, et il est donc plus enclin à s'engager. "ce que l'on peut toucher du doigt, ce que l'on démontre par l'image déclenche plus facilement l'acte d'achat", note Fabrice Godard.

Si au départ, AR Survey était développée pour un usage interne, le groupe Faire Valoir a décidé de la commercialiser. L'application est accessible à partir de 149 euros hors taxe par utilisateur pour une utilisation par les commerciaux. La prochaine étape, maintenant, est d'intégrer la création de devis, disponible sur la nouvelle version de l'application : ainsi, en plaçant les différents éléments de signalétique, le commercial saura à combien reviendra la prestation, et le prospect aura un devis quasiment en temps réel : un argument supplémentaire vis-à-vis des concurrents.


En complément

La réalité virtuelle, une aide à la vente !

Comment Apicil améliore sa prospection avec des vendeurs en 3D

La réalité augmentée, un outil d'animation ?

Michelin teste la modélisation 3D pour former ses forces de vente

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet