Les entreprises sont conscientes du problème environnemental posé par les véhicules polluants

Publié par le

Les décideurs des entreprises françaises ont à l'esprit les conséquences des émissions polluantes des véhicules professionnels. Mais ils sont encore attentistes quant aux mesures à prendre pour en limiter l'impact sur l'environnement.

  • Imprimer
La préoccupation des décideurs de sociétés françaises pour les enjeux environnementaux est globalement partagée par toutes les catégories d'entreprises. Voilà ce qui ressort du Baromètre OVE/TNS Sofres 2007. Nombreux sont ceux qui veulent encourager leur entreprise à adopter des véhicules moins consommateurs de carburant (67%) ou moins polluants (56%) ces deux prochaines années. Parallèlement, les entreprises françaises attendent beaucoup de l'Etat et des constructeurs automobiles avant de s'équiper en véhicules alternatifs : elles aimeraient pouvoir bénéficier d'une baisse des prix à l'achat (84%) ; les attentes sont fortes aussi en matière de points de ravitaillement et d'autonomie (76%), ou d'implantation de nouvelles pompes E85 dans le cadre du développement de la filière super éthanol en France. Comparées au reste de l'Europe, les entreprises françaises sont à la traîne en matière de véhicules propres dans les petites structures (39% versus 50% pour la moyenne européenne). La présence d'au moins un véhicule propre dans les plus grosses entreprises est plus fréquente. Néanmoins, aujourd'hui, seuls 10% des véhicules diesels vendus sont équipés de filtres à particules (FAP), obligatoires à partir de 2010. En Europe, dans les entreprises de plus de 100 salariés, les décideurs tchèques sont les plus concernés par les émissions polluantes des véhicules (54%). Les Italiens et les Polonais sont les moins impliqués alors que ce sont les pays où le GPL est le plus développé (13% et 5%).

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet