Somnolence avérée au volant

Publié par le

La somnolence est vrai risque au volant. D'autant que selon une expérimentation menée par l'Argus de l'automobile, les conducteurs s'endorment sans s'en rendre compte.

  • Imprimer

Les commerciaux sur la route le savent bien et redoutent le coup de pompe au volant. Et l'expérimentation menée par l’Argus de l’automobile en collaboration avec un centre médical spécialisé risque de ne pas les rassurer. Les conclusions de l'article sont sans appel: on peut s’endormir au volant sans s’en rendre compte pendant de courtes périodes, allant jusqu’à deux minutes trente.

Un reporter du journal l’Argus s’est prêté à cette expérience sur un trajet Paris-Nice (930km). Résultat: il a somnolé pendant un total de 11 minutes au volant. Bien qu’il ait respecté toutes les recommandations d’usage pour lutter contre la somnolence au volant (pause toutes les deux heures, respect des limites de vitesses, déjeuner léger, etc.), le conducteur a parcouru un total de 24 km, à une vitesse moyenne de 130km/h, en état de somnolence.

Seules des électrodes posées sur lui et reliées à un boîtier permettant d’enregistrer ses gestes et ses différents états (éveil, somnolence), ont permis de faire ce constat, alors que le conducteur ne s'est aperçu de rien. Il a bien identifié des périodes de fatigue sans toutefois que ces pics correspondent aux périodes de somnolence enregistrées par les capteurs.

 

Laurent Bailliard

Laurent Bailliard

Rédacteur en chef

Pas tout à fait old school, pas non plus de la génération Y, je suis comme beaucoup de journalistes de ma tranche d’âge à devoir faire mon métier avec [...]...

Voir la fiche

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet