Mon compte Devenir membre Newsletters

Concours National de la Commercialisation : découvrez les meilleurs vendeurs de demain

Publié le par

Développer la culture commerciale en France ou encore motiver les commerciaux de chez JCDecaux et Renault. Voilà les deux thèmes qui ont permis à six étudiants de se démarquer lors de la finale du 53e Concours National de la Commercialisation.

Concours National de la Commercialisation : découvrez les meilleurs vendeurs de demain

Par leur capacité à promouvoir des solutions innovantes pour développer la culture commerciale, Guillaume Garnier (IUT Cergy-Pontoise), Charles-Clément Fossard (EM Normandie - Caen) et Quentin Ramager (SKEMA - Lille) remportent la grande finale du 53ème Concours National de la Commercialisation (CNC) organisé par les Dirigeants Commerciaux de France (DCF) en collaboration avec le Ministère de l'Éducation Nationale, de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche.

Cette année, les sujets portaient sur le développement de la culture commerciale en France et la motivation des commerciaux chez JCDecaux et Renault. Six finalistes, 3 par catégorie, Bac+2/3 et BAC+4/5, issus des sélections locales, régionales et nationales, avaient 8 minutes chacun pour défendre leurs préconisations devant un parterre de quelque 700 décideurs de la fonction commerciale réunis le 21 juin au Casino de Biarritz à l'occasion du Congrès National des Dirigeants Commerciaux de France.

Le classement dans l'ordre d'attribution des prix


Bac+2/3 : Guillaume Garnier (IUT Cergy Pontoise), Angèle Corvaisier (IUT La Rochelle) et Jérémy Thiel (IUT Robert Schuman)

Bac+4/5 : Premier prix ex-aequo Charles-Clément Fossard (EM Normandie) et Quentin Ramaget (SKEMA), troisième prix Emmanuelle Werner (CNAM Lorraine)

Le concours vise à créer des passerelles entre le monde del'enseignement et celui des entreprises, ainsi qu'à favoriser l'émergence detalents dans la fonction commerciale. Pour Jacques Benn, président national desDCF, " Ce concours est le point de départ d'une grande action d'influence desDCF en faveur de la culture commerciale, qui fait cruellement défaut dans notrepays, ce qui pèse négativement sur la croissance et l'emploi".