Mon compte Devenir membre Newsletters

[Tribune] "La société collaborative"

Publié le par

Quel sera l'enjeu du commerce de demain? Le collaboratif ? Peut-être... C'est du moins la réflexion du sociologue Jean Viard. directeur de recherche CNRS à Sciences Po. Cette tribune est issue du Manifeste pour le développement de la culture commerciale en France.

Jean Viard, Sociologue, directeur de recherche CNRS à Sciences Po

Jean Viard, Sociologue, directeur de recherche CNRS à Sciences Po

Le commerce est un acteur essentiel des liens entre les individus. Il permet l'échange contre une rétribution monétaire qui limite la logique du don et du contre don. Surtout, dans nos sociétés complexes et mondialisées, il est un acteur essentiel de l'accès aux biens et services issus du proche comme du lointain.

Mais le commerce est aussi un important organisateur des espaces. Le marché, les commerces de proximité, la vente par correspondance, le supermarché... structurent chacun - différemment - le territoire. Ils participent à la construction de liens sociaux différents. L'interconnaissance individuelle est plus faible dans un hyper que dans une épicerie de quartier. À l'inverse, les jeunes peuvent y trouver un territoire moins contrôlé par leurs parents et se l'approprier en bande...

Tout cela nous le savons. Et nous savons aussi que la taille de la conurbation va induire des usages différents de ces commerces. En Île-de-France les enjeux sont très particuliers car la majorité des logements sont habités par des personnes seules et les courses de fin de semaine tiennent une place centrale, y compris le dimanche. Ce qui est moins vrai dans les régions et dans des conurbations plus petites.

Alors la question qui nous est posée est : comment tout cela va-t-il évoluer en société numérique collaborative et dans une culture de plus forte frugalité, de plus en plus favorable à la réutilisation et à l'économie circulaire ?

Il faut observer ces tendances. Nous avons davantage de temps, du moins à certains âges et à certains moments. Les brocantes, l'achat d'occasion, explosent - même si le grand commerce y intervient encore peu. Il commence juste à être un lieu de tri pour certains produits recyclables. La vente directe y est peu développée. Certes ces tendances ne vont pas devenir majoritaires, mais elles signalent une attente, un besoin de relation entre producteur et consommateur.

La société collaborative va plus loin. On veut y faire des économies et des connaissances. Là est l'enjeu central. Blablacar l'illustre fort bien avec ses millions de voyages " vendus ". Là est la tendance forte. Va-t-on devenir actionnaire de nos commerces ? Y travailler quelques heures par mois pour bénéficier de ristourne ? D'appartenance à un club ? Va-t-on adapter les commerces par âge et en fonction du temps dont disposent les clients ? Des commerces pour personnes âgées avec un service adapté et peut-être des courses plus fréquentes ? Des placiers pour les voitures ?...

Autrement dit, dans une société de plus en plus liée par des liens virtuels, par une culture de la transparence sur les prix et les services, de la livraison à domicile, l'offre personnalisée doit se développer. Le métier du grand commerce est-il la logistique ou la vente à particuliers... ?

Bien sûr, les politiques publiques vont influencer les évolutions. Uber est-il une concurrence déloyale avec les taxis ? Blablacar car offre-t-il du travail au noir ? Les vides-greniers sont-ils de vraies ventes entre particuliers ? Les paradis fiscaux ne sont pas qu'aux îles Caïman ! Plus largement la culture collaborative imprègne lentement toute la société. Comment la culture du service peut-elle l'intégrer ? C'est l'enjeu décisif du commerce de demain.

*Jean Viard est par ailleurs directeur de recherche CNRS à Sciences Po

Retrouvez l'ensemble du manifeste sur MADCC.fr