Mon compte Devenir membre Newsletters

Managers, préférez-vous savoir voler ou être invisible ?

Publié le par

C'est au travers d'une question anodine que le cabinet américain Zenger Folkman a sondé les top managers. Un résultat étonnant qui dépeint en définitive le caractère propre d'un manager.

Managers, préférez-vous savoir voler ou être invisible ?

En matière de sondage estival, il y a parfois des questions quelque peu surprenantes... même pour un mois d'Août ! Comme celles d'interroger les managers sur leurs envies de pouvoir voler ou d'être invisible. C'est la question que le très sérieux cabinet Zenger Folkman a posé à 7 065 managers à travers le monde. L'étude publiée par Forbes montre que 76 % des Top managers choisissent la possibilité de voler. L'univers de la vente ne fait pas exception à cela puisqu'ils sont même 77 % à opter pour ce doux rêve ! On aurait pu croire que les vendeurs auraient préféré être invisibles afin de connaître les positions de leurs clients sur telles ou telles affaires et apporter ainsi les bons arguments. Il n'en est rien.

Comment interpréter un tel résultat aussi net, quelque soit d'ailleurs le sexe des répondants? Le cabinet a finalement poussé plus loin ses investigations en travaillant notamment sur un aspect plus personnel des individus. Il s'agissait en l'occurrence de s'interroger sur la confiance en soi. Il apparaît ainsi que parmi ceux ayant opté pour la capacité à voler sont à 61 % confiants contre 50 % pour ceux ayant choisi d'être invisible. Et le cabinet d'expliquer que lorsque vous volez vous êtes justement en pleine lumière, sur le devant de la scène face aux regards tandis que lorsque vous êtes invisible vous disparaissez des yeux de tous pour écouter ce que les personnes peuvent dire de vous. Le top manager apparaîtrait donc comme quelqu'un sûr de lui, s'affranchissant des critiques et apte à se confronter ouvertement aux autres.

Confiance en soi

Un des auteurs de l'étude, Joseph Folkman, estime même qu'au travers d'une question aussi légère soit-elle, il est donc possible d'en tirer quelques enseignements sur les individus et leurs comportements. Et à l'ère du big data, explique l'expert, il convient de se rappeler à quels points les marques peuvent vous déterminer, comprendre vos envies et besoins au travers de quelques questions anodines...

Pour accéder à l'article en anglais (cliquez ici)