Mon compte Devenir membre Newsletters

Leadership : et si vous vous inspiriez des méthodes des All Blacks ?

Publié le par

Page 2 sur 2


Leçon n°8 : Miser sur une formation intensive

Chez les All Blacks, on s'entraîne pour gagner. Cet entraînement est intensif et régulier comme tout entraînement sportif de haut niveau. Certaines études scientifiques font en outre mention de l'importance de la vitesse et de l'intensité à inculquer un apprentissage, qui donnerait de meilleurs résultats.

Or, en entreprise, l'auteur de l'ouvrage remarque que la formation professionnelle est trop souvent déroutée de son efficacité par son format : "En entreprise, la formation est souvent perçue comme une option non contraignante et se limite à une journée occasionnelle. Pourtant, pour être efficace, une formation se doit d'être intense, régulière et répétée. Pour donner des résultats de premier ordre, elle doit occuper une place centrale dans la culture", indique t-il.

Pour être aussi efficace qu'un All Black, il faudrait accepter des temps de formation très intense et répétés dès que possible.

Leçon n°9 : Supporter la pression

En entreprise, "la pression est un rideau qui tombe sur les capacités", écrit James Kerr. Elle peut avoir des conséquences invalidantes pour l'accomplissement d'un projet. Souvent, les leaders emploient des techniques pour ne pas la subir. "Ils appliquent certaines méthodes, se recentrent sur eux, récitent des mantras (...)" pour garder la maîtrise de la situation. C'est le cas des All Blacks.

Leur ancien entraîneur, Graham Henry, appelle cela "passer du rouge au bleu". C'est-à-dire avoir la capacité de changer d'état émotionnel. Pour cela, il faut identifier les déclencheurs du stress (sons, images, souvenir d'un match perdu...).L'enseignement qui est transmis à ce sujet aux All Blacks relève du domaine de l'analyse comportementale et cognitive. A l'instar de la Madeleine de Proust, qui véhicule des souvenirs agréables, les All Blacks doivent trouver leur zone de confort en auto-générant les sons ou les images positives qui vont leur permettre de reprendre pied.

Il faut à la fois bien se connaître et être capable de mobiliser ses ressources personnelles pour reprendre le contrôle de soi.

Leçon n°10 : Rester authentique

Toujours dans le but d'apprendre à se connaître, les All Blacks doivent intégrer les valeurs les plus profondes qui les habitent et le genre de vie qui leur convient pour être capables de s'identifier en tant que leaders par la suite. Ils sont appelés à une certaine lucidité, envers leurs réussites comme leurs échecs.

L'auteur résume ainsi cet état d'esprit : "Si nos valeurs, nos pensées, nos paroles et nos actes sont en adéquation alors nous sommes ce que nous disons." C'est grâce à la formulation de ces références personnelles qu'ils peuvent s'incarner pleinement en tant que pièce du puzzle dans l'équipe.

Leçon n°11 : Choisir le bon sacrifice

Être un athlète de haut niveau comme le sont les rugbymen est un sacrifice de vie en soi. C'est un dépassement de soi, qui comporte des efforts et des sacrifices "que chacun consent et qui sont nécessaires pour réaliser quelque chose d'extraordinaire", souligne l'auteur.

Faire partie intégrante du collectif des All Blacks n'est pas qu'un travail, c'est une vocation et il faut s'assurer que les sacrifices consentis en vaillent la peine. Les joueurs sont incités à identifier et à démêler les bons sacrifices des mauvais. Un mauvais sacrifice ne sera pas porteur de sens et risque de nuire tandis qu'un bon sacrifice est gratifiant pour ce qu'il apporte à la personne. Ceci évite le gaspillage d'énergie et permet aux joueurs de garder le bon cap.

Leçon n°12 : Entretenir un langage du collectif

Le storytelling est une donnée importante chez les All Blacks. La narration de la genèse de leur histoire est une pierre angulaire de leur leadership. À ce propos, James Kerr explique : "Cette pensée organisatrice maîtresse aide les individus à comprendre ce qu'ils incarnent et pourquoi."

Pour entretenir leur histoire, ils ont inventé leur propre langage. De nombreux "préceptes" et codes des All Blacks proviennent de la culture maori. Ils ont un système de valeurs, compréhensible pour tous, anciens comme nouveaux arrivants. Ces us et coutumes sont transmis des anciens aux nouveaux arrivants. Grâce à ce système de pensée déjà bâti, fluide, les nouvelles recrues sont plus vite intégrées et peuvent épouser cet esprit de "corps" qui anime le collectif, plus rapidement.

Leçon n°13 : Mettre en place des rituels

Les rituels sont très importants pour les All Blacks. "Le haka est l'un des phénomènes parmi les plus excitants dans l'univers du sport", rappelle l'écrivain. Ce rituel a plusieurs intérêts parallèles à son but initial. Il est apprécié du public, fédérateur autour de l'équipe. Il crée un "marketing" naturel en entretenant la mythologie des All Blacks. Il intimide l'adversaire qui est ainsi poussé dans ses retranchements par la puissance de cette union inter-joueurs constatée sur le terrain.

Mais si l'équipe accomplit le haka, c'est avant tout pour une raison bien plus pragmatique et modeste. Cette danse sert à rappeler l'objectif fondamental du match. Il permet de prendre un temps pour se connecter à l'essence de la culture du collectif et celui des joueurs. On convoque les ancêtres et on leur demande leur aide dans la bataille. C'est un défi envers les concurrents et envers les joueurs eux-mêmes.

C'est l'incarnation d'un système de croyances. Pour les leaders, en entreprise, créer un équivalent au haka peut les aider à insuffler un sens personnel et un sentiment d'appartenance à l'équipe qui focalise l'attention sur l'objectif à atteindre. "Les leaders avisés cherchent des façons de ritualiser leur entreprise, de trouver des procédés vivants et profonds à même de donner vie à leur éthique", décrit l'auteur.


Leçon n°14 : Honorer ceux qui nous ont précédé

Encore un symbole d'humilité pour l'équipe des Néo-Zélandais. La transmission est une affaire sérieuse et, pour bien transmettre, il faut être à la hauteur du modèle que l'on incarne. Littéralement : "Être un bon ancêtre". La carrière d'un joueur des All Blacks est empreinte de spiritualité et de respect des traditions. Le joueur est tenu de respecter cet héritage jusqu'à son départ et de se montrer digne de l'honneur qui lui a été fait, celui d'avoir pu porter le maillot de l'équipe.

En entreprise, cela revient à soigner la transmission des savoirs des collaborateurs et cadres qui s'en vont vers les nouveaux arrivants, leurs remplaçants et à s'assurer que la culture de l'entreprise ne s'efface pas avec les départs.

Leçon n°15 : Entretenir l'héritage

L'héritage des All Blacks est ce qui forge leur identité tout au long de leur carrière. Cet héritage est pluriel. Il est à la fois celui des joueurs qui les ont précédé et la touche qu'ils ont apportée. Lorsque les joueurs intègrent l'équipe néo-zélandaise, ils reçoivent en cadeau un livret noir relié en cuir. Sur les premières pages figurent les maillots des équipes légendaires précédentes. Suivies des pages relatant l'histoire des All Blacks, le code d'éthique, les valeurs, le code d'honneur et le caractère de l'équipe. Les autres pages sont vides pour laisser la place aux arrivants de renseigner leurs propres exploits. Ce qui implique qu'il faille en commettre pour être pleinement intégré à l'histoire du club.

Un bon leadership sur le long terme consiste, en entreprise, à inciter les collaborateurs à avoir ces deux grilles de lecture. Ils doivent se sentir à la fois maillons de la chaîne et individus à part entière qui ont su apporter une chose unique et qui leur appartient.

"Les secrets des All Blacks - 15 Leçons de leadership". Préfacé par Jérôme Thion, ancien deuxième ligne du XV de France, éditions Thierry Souccar