Mon compte Devenir membre Newsletters

[Bonnes feuilles] Comme docteur House, autorisez la contestation pour rendre votre équipe autonome

Publié le par

Docteur House, manager modèle, vraiment ? C'est en tous cas ce qu'affirment les auteurs du livre De MacGyver à Mad Men, quand les séries TV enseignent le management. L'ouvrage passe au crible les pratiques de plusieurs personnages, dont le docteur le plus célèbre du petit écran. Extrait.

[Bonnes feuilles] Comme docteur House, autorisez la contestation pour rendre votre équipe autonome

Dr House: un Manager, contre toute attente, au service des équipes

Si House est une figure charismatique, quoiqu'ironique et transgressive, il ne prône pas l'infaillibilité. Bien au contraire. Il reconnaît ses erreurs et travaille en équipe à l'amélioration de son coeur de métier. [...] Pour autant, House n'endosse pas l'erreur de ses internes pour les couvrir, sauf par nécessité hiérarchique ; il cherche à faire progresser ceux-ci en toute lucidité. House représente ainsi la recherche de l'équilibre dans le management. Cette progression passe aussi par l'autorisation de la contestation, par la nécessité de cette dernière pour construire une dynamique collective. House, à plusieurs reprises, travaille avec son équipe en écrivant sur un tableau blanc les indices et les symptômes du cas médical traité. Il interroge, pose des hypothèses, souligne, efface, recommence, interroge à nouveau, dans un échange souvent très vif, intense, drôle bien sûr, puisque House a un sens de l'humour fort caustique.

House veut des collègues qui argumentent, s'opposent, réfléchissent par eux-mêmes.

De MacGyver à Mad Men, quand les séries TV enseignent le management.

Retrouvez cet article sur : www.actionco.fr - "Leadership : 3 grands enseignements tirés des séries télévisées"
De MacGyver à Mad Men, quand les séries TV enseignent le management.

Retrouvez cet article sur : www.actionco.fr - "Leadership : 3 grands enseignements tirés des séries télévisées"

Mais cet humour, dont se régale le spectateur, sert aussi de mouche du coche. Il a pour fonction de challenger ses jeunes équipiers. Au début de la quatrième saison, lorsque l'équipe a changé avec de nouveaux arrivants, House leur dit clairement qu'il ne veut pas des " beni-oui-oui ". Il veut des collègues qui argumentent, s'opposent, réfléchissent par eux-mêmes. À la complexité des situations, seule la force de l'intelligence collective peut répondre de façon productive.

House teste les capacités à résister à l'autorité hiérarchique et à pouvoir contourner, si nécessaire, le règlement de l'hôpital.

Contrairement à ce que prétend une première lecture trop rapide de la série, House n'est pas un leader solitaire, il a besoin d'une équipe qui le conteste pour avancer sur la voie de la vérité et résoudre les cas qui lui sont soumis. C'est pourquoi, après la démission de Foreman et de Cameron, le renvoi de Chase au début de la quatrième saison, il se doit de recruter une nouvelle équipe. Sa procédure de recrutement est une nouvelle fois très peu orthodoxe. Elle conjugue une série d'épreuves éliminatoires composées de diagnostics et de défis déroutants. Parmi ceux-ci, en dernière liste, il demande aux candidats de lui ramener " le slip brésilien de Cuddy " (la directrice médicale de l'hôpital). Cette provocation vise à tester leurs capacités à résister à l'autorité hiérarchique et à pouvoir contourner, si nécessaire, le règlement de l'hôpital.

La neutralité vis-à-vis de la hiérarchie

Dr House est un manager qui agit pour le bien du patient, dans le sens de la résolution de la maladie. Cette ligne de direction qui est sa colonne vertébrale en quelque sorte, le conduit aussi bien à brutaliser le patient - si c'est utile pour la guérison de celui-ci - qu'à ignorer les procédures hiérarchiques. Il ne le fait pas par provocation inutile. C'est un leader qui est neutre vis-à-vis de la hiérarchie en tant que telle. Il ne se situe pas dans une spirale aspirante de carriérisme.

Le pouvoir tout comme l'argent ne l'intéressent pas. Ainsi dans " The Right Stuff "1, lorsqu'une patiente lui propose 50 000 dollars pour être opérée incognito, il lui dit tout de go que cet argent sera versé à l'hôpital. Lorsque dans la première saison, le riche donateur de l'hôpital, Vogler, qui siège à son conseil d'administration, veut faire pression sur House pour que ce dernier recommande en public l'utilisation des médicaments que son industrie produit, House sabote ouvertement son projet2. Cuddy finit par comprendre qu'il vaut mieux que l'hôpital perde cette donation plutôt que Dr House.

L'hôpital depuis de nombreuses années constitue une métaphore sociale, économique et politique de notre société contemporaine. Dans ce cadre, House est un manager qui cherche à obtenir avec son équipe, la dynamique d'une pensée collective qui est nécessaire pour aborder la complexité du monde d'aujourd'hui. Nous sommes loin d'un anti-modèle mais plutôt dans une projection, une exigence de management qui n'exclut en rien un personnage fictionnel profondément humain, connaissant ses propres incertitudes et ses pentes sombres. " Everybody Lies " !


Par Monika Siejka, enseignante-chercheuse à l'UVSQ Paris-Saclay


A lire

De MacGyver à Mad Men, quand les séries TV enseignent le management est un ouvrage collectif codirigé par Benoît Aubert, directeur de l'ICD (Groupe IGS), et Benoît Meyronin, professeur à Grenoble Ecole de Management et associé fondateur de l'Académie du Service.

Dunod - août 2017 - 203 pages, 19 € TTC.


En complément


Leadership : 3 grands enseignements tirés des séries télévisées

[Bonnes feuilles] Que nous dit Tony Soprano du leadership et de la co-construction


5 séries TV liées au monde la vente

5 leçons de leadership à tirer de Game of Thrones