Mon compte Devenir membre Newsletters

Choisir et intégrer le bon Executive MBA

Publié le par

Intégrer un Executive MBA est un long processus qui requiert un dossier et une préparation solides pour remporter l'adhésion du jury. Conseils de Liliane Helt pour une préparation efficace.

Choisir et intégrer le bon Executive MBA

La sélection en Executive MBA (EMBA) est une étape au moins aussi cruciale pour le manager que pour l'établissement dispensant ce programme, qui remet chaque année en jeu sa crédibilité et son classement. Ce diplôme est réservé à des cadres dirigeants, titulaires d'un bac+4 et se prévalant de dix ans d'expérience minimum. Autres conditions sine qua non: avoir un solide dossier, des scores élevés au GMAT (graduate management admission test), au TOEFL (test of english as a foreign language) ou au TOEIC (test of english for international communication), une forte personnalité et de la motivation à revendre.

Repérage averti

Tous les EMBA ne se valent pas... Face à leur grand nombre, le candidat ne doit retenir que ceux qui répondent le mieux à ses ambitions professionnelles. Cela consiste à analyser les enseignements dispensés, à visiter les lieux, à multiplier les entrevues avec le directeur ou les professeurs en charge du programme, à se renseigner sur les emplois et les salaires à la sortie. Voire à rencontrer des diplômés de promotions précédentes en face à face ou virtuellement, en établissant le contact sur la page Facebook de l'EMBA par exemple. Une manière de recueillir leurs impressions, leurs conseils et de s'assurer de la compatibilité de son profil avec les compétences requises. In fine, multiplier les inscriptions est un moyen d'augmenter ses chances de suivre un EMBA, à condition qu'il s'inscrive logiquement dans le parcours du manager et corresponde à son orientation future.

Projet bordé = dossier gagnant

Avant de constituer le dossier de présélection, il est important de bien définir et structurer votre projet. Trop utopique ou pas assez précis et le jury ne sélectionnera pas votre candidature. Un projet doit faire l'objet d'une présentation écrite d'une à dix pages selon l'établissement. Celle-ci s'apparente à une fiche technique qui décrit le déroulement du projet, appuyé par des éléments chiffrés (étude de faisabilité, de marché...) et démontre sa cohérence avec le programme enseigné. Le ton employé doit être convaincant et réaliste. Des modèles types, qui reprennent les thématiques devant y être abordées (concurrence, points forts, etc.) sont disponibles sur Internet.

Entraînement et perfectionnement

Pour intégrer un EMBA, il faut obtenir un score minimum (notifié sur le dossier de candidature) au GMAT, au TOEFL ou au TOEIC. Leur réussite requiert de la culture générale, des connaissances en mathématiques, un niveau d'anglais élevé et une bonne plume. Passer un test blanc sert à évaluer son niveau et ses faiblesses. Un entraînement intensif, d'une durée de huit à neuf mois, est ensuite nécessaire. Pour grappiller des points, il est opportun d'investir dans des manuels de préparation, des annales ou des CD-Rom édités sur le sujet, de s'entraîner en ligne (www.mba.com, www.fr.toefl.eu, www.fr.toeic.eu), de s'inscrire dans une école de formation spécialisée ou de requérir l'aide d'un coach. Il n'est pas rare de repasser les tests plusieurs fois pour améliorer son score. Se perfectionner en économie, en management ou en anglais peut s'avérer indispensable selon sa formation initiale. Le manager a la possibilité de recourir au droit individuel à la formation (jusqu'à 120 h) ou au congé individuel de formation (CIF) pour accéder à un niveau de qualification supérieure.


Mot clés : Formation |

Fanny Perrin d'Arloz