Mon compte Devenir membre Newsletters

"Le coaching n'est pas réservé qu'aux dirigeants, il est aussi bénéfique aux managers"

Publié le par

Pierre Achard, docteur en médecine et diplômé en thérapie comportementale et cognitive, sort l'ouvrage "Choisissez le bon coach !". L'occasion de faire le point avec lui sur cette pratique répandue dans les entreprises.

'Le coaching n'est pas réservé qu'aux dirigeants, il est aussi bénéfique aux managers'

Le terme "coaching" est très présent. Est-ce un effet de mode ?

Pierre Achard : Oui et non. Très longtemps, le coaching était réservé à une certaine élite : les hauts dirigeants de l'entreprise. Aujourd'hui, les projets des entreprises évoluant, elles font face à des problématiques de conduite du changement. Le coaching des managers, et y compris des managers intermédiaires, est en ce sens un bon moyen d'y parvenir. Je pense même que le coaching devrait être formalisé au sein des entreprises. Pour le moment, en France, les sociétés y recourent de façon imprévisible et parfois déstructurée. Elles ne perçoivent pas encore cet outil comme stratégique.

Que peut-on attendre du coaching pour les managers ?

Un coach peut aider les nouveaux managers dans leur prise de fonction, à les accompagner et à surmonter leurs angoisses de ne pas y arriver. Le coach peut aussi être facilitateur de communication entre lui et ses équipes. Tout collaborateur, quel que soit son poste, interprète le comportement de ses collègues. Par exemple, il existe autant de réactions possibles que de personnes lorsqu'un manager ne pas dit "Bonjour". Le coach va aider le manager à recenser toutes ces interprétations : comment le manager se perçoit lui-même, mais aussi comment les autres le voient. Le but n'est pas de changer radicalement le manager mais de lui faire prendre conscience de sa position et de lui donner les clés pour s'adapter au changement et y amener ses équipes.

Comment reconnaître un bon coach et combien coûte-t-il ?

Avant toute chose, le préposé coach doit assister, avec la ou les personnes concernées, à une réunion non-facturable, afin de faire connaissance. Le manager expose alors ses attentes, ses besoins, et le coach répond en retour sur ce qu'il sait faire, et ce qu'il ne peut pas faire. Ce moment est crucial pour sentir si le feeling passe ou non, condition essentielle à un bon coaching. Par ailleurs, toujours dans cette même logique, le coach et le manager doivent échanger leurs CV. C'est un moyen supplémentaire de se découvrir à travers le parcours professionnel et la formation notamment. A ce propos, un bon coach est quelqu'un qui doit nécessairement être passé dans l'entreprise : avoir demandé une augmentation de salaire, avoir déjà éprouvé une expérience de manager. D'ailleurs, le coach peut même faire partie de l'entreprise du manager qu'il va coaché s'il en a les capacités et le charisme, puisqu'il ne s'agit pas de donner tort ou raison à quelqu'un.


Le coût d'un coaching est très variable, suivant la qualité du coach mais aussi en fonction du poste de la personne à coacher. Il s'échelonne entre 100€ et 500/600€ de l'heure, voire plus. Mais l'intervention d'un coach doit être courte, de 3 ou 4 mois maximum, pour être efficace. Les résultats interviennent dès les premières séances. A contrario, une intervention trop longue incite le manager à camper sur l'analyse de ses problèmes. Or, c'est bien de recherche de solution qu'il s'agit !

Pierre Achard est docteur en médecine et diplômé en thérapie comportementale et cognitive.
Il est l'auteur de "Choisissez le bon coach !" paru aux Editions Afnor.