Mon compte Devenir membre Newsletters

Recrutement : les réseaux sociaux, un outil à ne pas négliger ?

Publié le par

Les réseaux sociaux sont un vivier de jeunes diplômés où les directeurs commerciaux peuvent puiser pour redynamiser leurs forces de vente. Mais ils doivent pour cela s'adapter aux usages que les étudiants font de ces nouveaux canaux. Une étude de l'Edhec et de JobTeaser.com fait le point.

Recrutement : les réseaux sociaux, un outil à ne pas négliger ?

86 % des étudiants et jeunes diplômés possèdent au moins un compte sur un réseau social professionnel (Viadeo, LinkedIn). C'est même le cas de 93 % d'entre eux en écoles supérieures de commerce... C'est du moins ce qu'ont constaté l'Edhec Business School et le site d'emploi JobTeaser.com dans une récente étude1 sur le recrutement des étudiants sur les réseaux sociaux et le mobile.

Mais même si ce chiffre est en augmentation (+ 7 points en un an), pas sûr que ces nouveaux canaux les aident vraiment à trouver du travail. En effet, si 74 % y ont déjà consulté une offre d'emploi ou de stage, seuls 27 % ont déjà postulé par ce biais. Et seuls 2 % d'entre eux ont obtenu leur premier emploi grâce à Viadeo ou LinkedIn (0 % sur Twitter et Facebook...), tandis qu'ils sont un sur trois à avoir pu compter sur leurs proches pour les aider. " Les réseaux sociaux montent en puissance mais les canaux traditionnels restent encore très prégnants dans les recherches d'emploi, alors que les nouveaux canaux comme les réseaux sociaux sont encore balbutiants ", explique Nicolas Lombard, co-fondateur de JobTeaser.com.

Côté mobile, les usages sont également en pleine évolution puisque les étudiants sont 52 % (contre 38 % l'année dernière) à avoir déjà consulté des offres depuis un support mobile. Cependant, 5 % d'entre eux seulement ont déjà postulé à une annonce directement via leur smartphone.

Quelles leçons pour les entreprises ?

" Ce n'est pas encore le grand soir, analyse Franck La Pinta, responsable de la stratégie digitale et de la communication externe RH de la Société Générale. Les candidats font un usage basique, utilitaire et court-termiste des réseaux sociaux. " Preuve en est, pour le manager, que plus les étudiants approchent de la fin de leurs études, plus ils s'inscrivent sur les réseaux sociaux (voir aussi graphique ci-dessous). Ainsi contrairement à ce qu'on pourrait penser, les jeunes de la génération Y n'ont pas encore pris le réflexe d'utiliser ces nouveaux canaux pour se construire, sur le long terme, une identité numérique, s'ils n'ont pas un besoin plus ou moins immédiat de trouver un poste.

" Je suis frappé par la passivité des utilisateurs. Les réseaux sociaux ont dix ans. Pourtant aujourd'hui, ils sont encore très utilisés de la même manière que les sites d'emploi c'est-à-dire pour une consultation un peu passive des offres. Leur potentiel est largement sous-exploité ", renchérit Jean-Christophe Anna, directeur associé de Link Humans, cabinet de conseil en recrutement mobile et social.

Question d'éducation sans doute, mais question aussi de ce que les entreprises proposent via ces canaux. Aujourd'hui, elles sont peu nombreuses à proposer de postuler sur mobile (ce qui nécessite une application spécifique), soit qu'elles n'en voient pas l'intérêt, soit qu'elles manquent de moyens ou choisissent d'allouer leurs ressources ailleurs. " Nous sommes en phase de transition. La question est à quel rythme y aller pour suivre l'évolution des comportements ", s'interroge Franck La Pinta (Société Générale). Il faut dire aussi que l'avènement des réseaux sociaux change complètement la fonction RH et les oblige à réinventer leurs modes de recrutement. Désormais, pousser du contenu sur son entreprise sur les réseaux sociaux est une part du travail des ressources humaines, quoique la réussite en soit plus difficile à mesurer...

Et demain ?

" Si les entreprises et les jobboards jouent le jeu, on pourrait atteindre 20 % de candidatures sur mobile dans un futur proche ", parie Matthieu Grosselin, directeur du mobile de Viadeo [contre 5% aujourd'hui, ndlr]. Autre tendance à guetter, Facebook pourrait bien monter en puissance sur le sujet du recrutement. Aux Etats-Unis, où la distinction entre sphère publique et sphère privée est beaucoup plus floue qu'en Europe, Facebook est capable d'agréger toutes les offres d'emploi ou encore de détecter les informations professionnelles dans les profils (via la fonctionnalité Graph Search). " Facebook pourrait devenir un puissant outil de sourcing, avance Jean-Christophe Anna (Link Humans). Que cela plaise ou non aux candidats ". Et aux entreprises ?


Que font les étudiants sur les réseaux sociaux professionnels (Viadeo, LinkedIn) ?


Source : Edhec / JobTeaser.com, 2014


1 Etude menée auprès de plus de 1000 étudiants et jeunes diplômés d'écoles de commerce (42 %), d'écoles d'ingénieurs et d'universités, et rendue publique en juin 2014