Recherche
Se connecter
Méthodologie

La boîte à outils de l'Intelligence collective

  • 7 chapitres / 65 fiches
  • Publié le 30 nov. 2017
©

La boîte à outils de l'Intelligence collective

7 chapitres / 65 fiches

" Je crois que le système de management qui prédomine est, au fond, condamné à la médiocrité. Il force les gens à travailler de plus en plus dur pour compenser l'incapacité à favoriser l'inspiration et l'intelligence collective qui caractérisent le travailler ensemble en donnant le meilleur de soi. "

Peter Senge

Aujourd'hui, l'intelligence collective s'adresse aux questions sociétales autant qu'aux questions organisationnelles. À l'opposé des logiques de compétition et d'appropriation, elle se répand dans l'ouverture, le partage des connaissances, la participation active et la gratuité. À chacun de décider s'il souhaite s'engager dans ce mouvement de fond qui se répand comme une traînée de poudre dans toutes les sphères de la société : vote participatif pour devenir acteur dans les décisions sociétales, co-voiturage, consommation participative, prêt participatif, partage et don...

Pourquoi un tel engouement autour de l'intelligence collective ?

De nombreux dirigeants partagent ce même constat : le manque de collaboration et de coopération est un obstacle majeur à la performance de leur organisation. En effet, l'organisation en silos ne répond plus aux enjeux de la complexité d'aujourd'hui.

L'intelligence collective recouvre un champ de disciplines destiné à générer des collaborations efficaces qui favorisent l'agilité, la créativité, l'innovation, la motivation et l'engagement des personnes, défis majeurs aujourd'hui pour les entreprises. Il ne s'agit pas pour autant d'une appréhension naïve ou angélique de la société.

La richesse émergente du collectif est beaucoup plus que la somme des intelligences des individus et peut faire la différence, notamment au plan du business.

Qu'entend-on par intelligence collective ?

L'intelligence collective est une réponse face à un monde complexe, dans lequel il n'y a plus de réponse simple et unique, dans lequel personne ne détient ni la connaissance ni la vision de l'ensemble du système. Cette réponse est aussi portée par une certaine idée de l'homme et des rapports au pouvoir.

L'intelligence collective ne se décrète pas, elle se construit et s'apprend dans la pratique quotidienne. Il ne suffit donc pas qu'il y ait un groupe qui travaille ensemble pour qu'il y ait intelligence collective. Il s'agit dans ces démarches de créer les conditions pour se laisser transformer, c'est-à-dire apprendre à accepter les questionnements, à considérer la situation différemment du fait de rencontres authentiques et d'expérimentations qui entraînent à leur tour une perception différente et donc une nouvelle définition de la réalité qui intègre celle de l'autre et fait évoluer les schémas mentaux. Cela modifie la position du dirigeant ou même de l'expert qui ne sont plus dans une position de sachant. Pour autant, les individus développent des capacités à rester centrés, à trouver leur axe. Des repères individuels et collectifs sont indispensables et construits collectivement. Des solutions nouvelles se font jour et si possible agissent en profondeur tant sur l'organisation que sur les équipes et les personnes.

La pratique de l'intelligence collective est loin d'être un long fleuve tranquille, il faut s'attendre au chaos, aux avancées, aux reculs, aux questionnements, aux rejets, aux créations de nouveaux conformismes ou comportements adaptatifs...

Philosophie et organisation de la boîte à outils

En tant que membres du réseau SoL (Society for Organizational Learning) et praticiennes des organisations apprenantes, nous avons opté pour un choix d'outils en phase avec les cinq disciplines présentées par Peter Senge dans son livre La Cinquième Discipline. Nous avons choisi de répartir différentes thématiques de l'intelligence collective en sept dossiers qui développent des outils et des démarches permettant de prendre en compte les dimensions principales de l'intelligence collective. Tout classement est subjectif et limitant. Dans notre vision systémique, des ponts et interrelations existent entre les différents dossiers. Chacun renforce l'autre.


Béatrice Arnaud, Sylvie Caruso Cahn