Méthodologie

La boîte à outils de la Négociation

Chapitre VI : Nos modes de pensée

  • Retrouvez 8 fiches outils dans ce chapitre
  • Publié le 11 déc. 2017
©

La boîte à outils de la Négociation

7 chapitres / 52 fiches


En résumé

Cet outil permet de connaître son mode de pensée pour mieux construire son argumentation. Quatre modes de pensées sont présentés.

  • Le style " Leibniz " : le modèle rationnel, la logique, la déduction.
  • Le style " Kant " : l'esprit critique, la justification du raisonnement.
  • Le style " Hegel " : la dialectique, la synthèse entre plusieurs voies.
  • Le style " Locke " : l'observation du terrain, la place à la sensation.

Saisir son mode de pensée dominant pour mieux se comprendre et se faire comprendre.

Pourquoi l'utiliser ?

Objectif

Connaître votre mode de pensée pour mieux conduire votre raisonnement, pour mieux comprendre comment le collaborateur raisonne et pour mieux saisir les différences des systèmes de pensée.

Contexte

Abstrait, concret, déductif, inductif, chronologique, théorique, terrain : les modes de pensée des uns et des autres ne sont évidemment pas les mêmes. Identifier ceux que l'on utilise permet de mieux communiquer.

Comment l'utiliser ?

Étapes

Identifier les quatre modes de pensée principaux :

  • Le style Leibnizien (Gottfried Wilheim Leibniz, né à Leipzig en 1646, mort en 1716). Votre mode de pensée met en avant l'abstraction. Vous analysez, rationalisez, modélisez ; vous êtes avant tout un déductif.
  • Le style Kantien (Emmanuel Kant, né en 1724 à Königsberg, mort en 1804). Vous vous méfiez de la théorie pure. Vous souhaitez faire la synthèse entre les modèles et les données, votre maître mot est " critique ", vous souhaitez que chaque chose soit justifiée pour décider de sa validité.
  • Le style Hégélien (Friedrich Hegel, né à Stuttgart en 1770, mort à Berlin en 1817). Ce mode de pensée est essentiellement fondé sur la dialectique. La vérité ne peut émerger que du choc des idées. Il y a toujours une antithèse à une thèse.
  • Le style Lockien (John Locke, né en 1632 à Somers, mort à Oates, Essex en 1704). Ce mode de pensée met en avant le terrain. Il est essentiellement lié à l'observation. Il donne place à la sensation et s'oppose à Descartes et à son " pur cogito ". La réflexion ne peut exister sans les idées de sensations. À partir de l'expérience se forment les idées.

Repérer son style de pensée :

  • Le style Leibniz. C'est la théorie qui est pour moi le plus important. La vérité s'obtient par l'approche analytique. C'est par l'analyse et la déduction qu'on y arrive.
  • Le style Kant. Souvent, je recherche des alternatives et des options nouvelles. Je suis à l'aise dans la dialectique. Il est important d'avoir plusieurs points de vue lorsqu'on examine un problème.
  • Le style Hegel. J'accepte volontiers les conflits d'idées. Lorsqu'on me présente une idée, je recherche aussitôt son contraire. J'aime synthétiser même des idées qui, au départ, sont précisément paradoxales.
  • Le style Locke. Mon mode de pensée est inductif : je vais du particulier au général. Ma préférence va vers le recueil des données plutôt que vers les modèles.

Méthodologie et conseils

  • Cette démarche d'identification de son mode de pensée demande un véritable sens de l'auto-analyse. Cela passe par l'analyse de ses écrits (comment ai-je composé mes messages, comment se construit mon argumentation).

Avantages

  • Repérer votre style de pensée vous permet de mieux comprendre la portée de votre argumentation.
  • Construire vos messages en s'adaptant au mode de pensée de votre interlocuteur.

Précautions à prendre

  • Votre argumentation peut s'appuyer sur plusieurs modes de pensée.
  • Vouloir changer radicalement de style pourrait paraître superficiel et/ou manipulatoire.

Comment être plus efficace ?

Pour repérer son mode de pensée dominant, nous proposons pour chaque philosophe trois phrases.

Notez chacune des phrases

0 point : aucune tendance. 1 point : une certaine tendance. 3 points : une tendance affirmée.

  • Le style Leibniz

    " C'est la théorie qui est pour moi le plus important. "

    " Pour moi, la vérité s'obtient par l'approche analytique. "

    " C'est par l'analyse et la déduction qu'on y arrive. "

    Total = /9

  • Le style Kant

    " Je propose souvent des alternatives. "

    " Je suis à l'aise dans la dialectique. "

    " Il est important d'avoir plusieurs points de vue lorsqu'on examine un problème. "

    Total = /9

  • Le style Hegel

    " J'accepte volontiers le conflit d'idées. "

    " Lorsqu'on me présente une idée, je recherche aussitôt son contraire. "

    " Je sais synthétiser des idées qui au départ me semblent paradoxales. "

    Total = /9

  • Le style Locke

    " Je suis un inductif : je vais du particulier au général. "

    " Ma préférence va vers le recueil de données plutôt que vers des modèles. "

    " Une affirmation ne se justifie que par la mise en avant de données sensibles. "

    Total = /9

Faites votre calcul

  • Ne répondez pas aux questions en fonction de ce que vous désirez être, mais bien de la façon dont vous êtes, de la façon dont vous conduisez réellement votre pensée. Si vous avez répondu sincèrement, vous devriez mettre en évidence votre mode de pensée dominant, lequel étant bien entendu celui où vous avez obtenu le plus grand nombre de points. 7, 8, 9 points indiquent une réelle tendance. 0, 1 ou 2 points indiquent plutôt un rejet du mode de pensée.Vous pouvez cumuler des points dans plusieurs modes de pensée, cela indique une pensée diversifiée et adaptative.

En fonction des résultats et pour mieux comprendre, vous pouvez vous référer aux textes eux-mêmes :

Leibniz :Nouveaux essais sur l'entendement humain (1704).

Kant :La critique de la raison pure (1788), La critique du jugement (1790).

Hegel :La phénoménologie de l'esprit (1807), La science et la logique (1812-1816).

Locke :Essais sur l'entendement humain (1690), Lettres sur la tolérance (1689).

Comprendre votre mode de pensée pour pouvoir utiliser celui qui fera passer votre message avec le plus d'efficacité.

Cas : Différents raisonnements

Analyse du cas

Bien que cet exercice soit un peu caricatural, on peut dire que ces personnes emploient quatre modes de pensée bien différents.

Monsieur François souhaite que les ingénieurs sortent sur le terrain, se détachent de leurs ordinateurs, aillent recueillir des données : il est du mode Locke.

Monsieur Romain veut des idées et souhaite les synthétiser, même si apparaissent des contradictions : il est du mode Hegel.

Madame Julie trouve l'analyse insuffisante, elle souhaiterait déduire des données et théoriser : elle est du mode Leibnitz.

Madame Karine souhaite d'autres points de vue, aurait besoin de solutions alternatives : elle est du mode Kant. ¦

Patrice Stern, Jean Mouton