Mon compte Devenir membre Newsletters

Infographie Travailler plus pour gagner plus ?

Publié le par

Les cadres français sont-ils prêts à travailler plus pour gagner plus, à dévoiler leur salaire à leurs collaborateurs ou encore préfèrent-ils une augmentation plutôt que des avantages en nature? Le point avec les Editions Tissot.

Source : http://www2.editions-tissot.fr/wp-content/uploads/2014/04/Infographie-Sondage-Tissot-L-argent-au-travail.png

Parmi différents avantages que l'entreprise peut proposer (augmentation de salaire, véhicule de fonction, titres restaurant, mutuelle, mise en place d'une crèche, etc.), ils sont 71 % à préférer une augmentation de salaire. C'est ce qui ressort d'une étude réalisée par les Editions Tissot en partenariat avec OpinionWay.

" Fait nouveau, pour gagner plus, les salariés sont maintenant prêts à travailler plus, alors que ce thème semblait encore délicat il n'y a pas si longtemps ", rappelle sociologue Ronan Chastellier. " La corrélation semble établie dans les esprits entre l'importance de l'effort et la rétribution ".

Pour gagner plus, 58 % des Français envisagent d'accomplir des heures supplémentaires. En effet, ces heures donnent droit à une rémunération majorée et/ou à une compensation en repos, dans le respect d'un nombre d'heures (on parle de contingent) prédéterminé (C. trav, art. L. 3121-22). En revanche, depuis 2 ans, les heures supplémentaires ne sont plus défiscalisées alors que 30 % des salariés recherchent justement des mesures pour optimiser leur imposition sur le revenu.

Contrairement aux idées reçues, 75 % des salariés français seraient prêts à divulguer leur salaire à leurs collègues. Pour Ronan Chastellier " L'argent semble introduire un effet de vérité dans les rapports humains ". L'idée jusqu'alors un peu taboue de transparence " salariale " - dire son salaire de manière décomplexée - s'impose dans le monde du salariat. Alors que jusqu'à présent, on préférait encore donner son opinion politique, que de parler de son salaire. Plus étonnant encore, 52 % sont même prêts à être transparents sur leur salaire y compris avec leurs subordonnés.

L'enquête a été réalisé du 19 au 27 mars 2014, auprès de 1.050 salariés d'entreprises privées et publiques.