Mon compte Devenir membre Newsletters

Le rachat de LinkedIn par Microsoft démontre l'importance du Social Selling

Publié le par

Spécialiste du social selling, Hervé Kabla revient sur le rachat de LinkedIn par Microsoft. Il décrypte les raisons de ce rachat et en quoi c'est une bonne nouvelle pour le réseau social...

Le rachat de LinkedIn par Microsoft démontre l'importance du Social Selling

Coup de tonnerre dans la Silicon Valley! Microsoft (dont le siège se trouve à Redmond, et non en Californie) a annoncé son intention de racheter LinkedIn pour la coquette somme de 26,2 milliards de dollars. A 196$ par action, c'est 50% de plus que le cours actuel, mais moins bien que le cours le plus élevé auquel LinkedIn évoluait en 2013, autour de 250$. Le montant du chèque peut vous paraître énorme, mais moi je dis simplement : bravo ! Et pour plusieurs raisons.

1) En s'emparant de LinkedIn, Microsoft mettrait la main sur la base de données professionnelles la plus intéressante au monde. Avec environ 400 millions de profils régulièrement mis à jour par leurs propriétaires, et répartis assez uniformément sur toute la planète, Microsoft s'empare d'un trésor de guerre phénoménal. Aucune société ne peut se targuer d'une vue aussi précise sur le parcours professionnel d'autant d'individus, même pas Facebook !

2) Le modèle économique de LinkedIn repose sur trois sources de revenus : publicité, mais aussi abonnements premium et offres d'emploi. C'est un modèle bien moins sensible aux fluctuations de budgets du côté des équipes marketing. Par comparaison avec le business model de Facebook ou de Twitter il me semble bien moins risqué, même si LinkedIn pêche du côté de sa rentabilité.

3) Microsoft a connu une formidable révolution depuis l'arrivée de Satya Nadella à sa tête. Le 3e CEO du géant de Redmond a déjà fait parler de lui lors de sa prise de poste sur Twitter. Il a su réorienter l'entreprise vers les sujets du moment, et a impulsé une nouvelle dynamique. Son pari sur LinkedIn est peut-être audacieux, mais il colle parfaitement aux logiques du moment : social selling, big data, réseaux sociaux, là où Microsoft était, jusqu'à présent, totalement absent.

4) Pour LinkedIn, c'est la possibilité de s'appuyer sur un réseau commercial structuré, qui sait parler aux PME aussi bien qu'aux grands groupes, et qui développera probablement le chiffre d'affaires de l'entreprise de manière moins erratique.

5) Pour les utilisateurs, enfin, espérons que cela signifie la fin des bugs à répétition au niveau de l'interface de LinkedIn, une véritable politique produit, une plateforme beaucoup plus stable et des évolutions qui iront dans le bon sens. Ces derniers temps, LinkedIn a pris une tournure de plus en plus semblable à Facebook, au détriment de son identité propre. Sa messagerie interne devient de plus en plus pénible. Sa version mobile a connu des évolutions chaotiques, et je connais de nombreux utilisateurs plutôt déçus de la tournure actuelle. La patte Microsoft changera peut-être la donne...

L'auteur

Herve Kabla dirige Be Angels, agence de communication digitale et social media. Il intervient régulièrement lors de conférences ou de formations sur le social selling.

Blogueur, polytechnicien, il est le co-auteur de " Le social selling expliqué à mon boss", "Les réseaux sociaux expliqués à mon boss", "La communication digitale expliquée à mon boss", et "Médias sociaux et B2B: une histoire d'amour", tous parus aux éditions Kawa.

@HerveKabla et https://fr.linkedin.com/in/hervekabla

Les autres tribunes Hervé Kabla:

Social Selling : les 5 erreurs à ne pas commettre

Social selling: les 5 points incontournables pour démarrer

Social selling: 5 idées reçues pour ne pas y aller