26% des employeurs français comptent recruter dans l'année

Publié par le

Plus d'un quart des entreprises envisagent de recruter dans les 12 mois à venir, en particulier dans les métiers relatifs au service clients et à la vente, selon l'étude menée par CareerBuilder.

  • Imprimer

Le marché de l'emploi pourrait reprendre du poil de la bête, particulièrement dans les domaines du service clients et de la vente.
26% des employeurs français interrogés dans le cadre de l'étude menée par CareerBuilder prévoient d’embaucher des salariés à temps plein au cours des 12 prochains mois. Ce taux grimpe à 46% pour les métiers du service à la clientèle. En seconde position viennent ceux de la vente: parmi les 625 entreprises sondées, 23% envisagent d'embaucher pour des postes de ce secteur.

Les employeurs seront également susceptible de proposer des postes dans l'informatique et les technologies de l'information (15%), la gestion administrative (12%), le marketing, les RH et la comptabilité finance (8% chacun). «Les entreprises commencent à changer leurs priorités, pour moins s'orienter vers la réduction des coûts et davantage vers la croissance. Elles se concentrent avant tout sur les départements les plus susceptibles de générer du revenu», déclare Farhan Yasin, président de CareerBuilder EMEA.

Par ailleurs, l'étude fait état d'un problème de disponibilité de main-d'œuvre qualifiée. 27% des employeurs français déclarent proposer des postes pour lesquels ils ne trouvent pas de candidats au profil adéquat. 48% estiment qu'il y a une pénurie nationale de compétences. «Les employeurs prennent aujourd'hui des mesures pour améliorer les compétences de leur personnel et retenir les employés les plus performants en investissant davantage dans la formation, les arrangements de travail flexibles et de nouvelles stratégies de recrutement», explique Farhan Yasin.

Concernant l'état actuel de l'emploi, l'étude a mis en avant quelques grandes tendances. Tout d'abord, le recrutement de candidats hors frontières a le vent en poupe: 35% des employeurs français ont indiqué qu'ils avaient recruté une personne d’un autre pays au cours des 12 derniers mois et 39% de ceux qui ne l’ont pas encore fait seraient intéressés par la démarche, surtout si les compétences requises n'étaient pas disponibles parmi les candidats actuels en France. Les domaines dans lesquels les employeurs se disent prêts à recruter hors de leur pays sont surtout la vente, l’informatique et le service clients. Autre élément-clé: le gel des rémunérations. 19% des employeurs français ont mis en place un gel des salaires pour les employés actuels au cours des 12 derniers mois. Quant aux nouveaux employés, près de la moitié des employeurs (44%) prévoient de leur offrir le même salaire au cours des 12 prochains mois que lors des 12 mois précédents.

Laure Trehorel

Laure Trehorel

Journaliste, stratégie et vente

Chef de rubrique pour le magazine Action Commerciale et pour le site actionco.fr, je suis en charge des sujets relatifs aux stratégies commerciales des [...]...

Voir la fiche

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet

[Portrait] Patricia Molenaar d'ADP, une altruiste dans la vente !
Ressources humaines
[Portrait] Patricia Molenaar d'ADP, une altruiste dans la vente !

[Portrait] Patricia Molenaar d'ADP, une altruiste dans la vente !

Par Laure Trehorel

Diriger des équipes commerciales de nationalités différentes demande un grand respect de l'autre et de sa culture. Cet exercice, Patricia Molenaar [...]

[Tribune] Que risque un salarié à dénigrer son employeur ?
Ressources humaines
[Tribune] Que risque un salarié à dénigrer son employeur ?
Bank-Bank - Fotolia

[Tribune] Que risque un salarié à dénigrer son employeur ?

Par Nicolas Léger

Entre liberté d'expression et lien de subordination, tout est affaire de mesure et de circonstances. La critique émise par le salarié peut, [...]

Télétravail : ce qui change pour les entreprises
Ressources humaines
Télétravail : ce qui change pour les entreprises

Télétravail : ce qui change pour les entreprises

Par Mallory Lalanne

La loi de ratification du 29 mars 2018 et l'ordonnance du 22 septembre 2017 donnent aux employeurs de réels garde-fous pour que le télétravail [...]