Recherche
Se connecter

Passez à l'innovation frugale !

Publié par le | Mis à jour le
(de gauche à droite) Jean-Marc Borello (Groupe SOS), Thierry Sibieude (Essec) et Navi Radjou
(de gauche à droite) Jean-Marc Borello (Groupe SOS), Thierry Sibieude (Essec) et Navi Radjou

A l'aube de la 3e révolution industrielle, le modèle des entreprises traditionnelles ne peut survivre. Quels changements opérer ? Quelle voie emprunter ? Navi Radjou, consultant en stratégie propose celle de l'innovation frugale. Explications.

  • Imprimer

Faire mieux avec moins, c'est en résumé le point de vue de Navi Radjou, consultant en stratégie et spécialiste de l'innovation et du leadership. Tout droit venu de Californie, l'expert était à Paris pour participer à la conférence co-organisée par l'Essec et les Editions Diateino sur le thème "Think global, act local". Faible croissance, raréfaction des ressources, développement de l'économie collaborative et de ses prosommateurs*, Navi Radjou est formel : les entreprises doivent emprunter la voie de l'innovation frugale. "L'innovation frugale est la combinaison de l'innovation technologique, sociale, et économique", définit-il. Il s'agit, pour l'entreprise, de répondre à un besoin de façon la plus efficace possible, en utilisant un minimum de ressources.

"Le milieu du CtoC et du BtoC est toujours précurseur de tendances. C'est ici le cas, au regard du monde du BtoB qui peine à prendre ce tournant, les entreprises restant accrochées à leur modèle", regrette-t-il. Pourtant, le risque pour elles est de ne pas avoir la souplesse suffisante pour pour rester dans la course. "Les prosommateurs se professionnalisent, les startups se développent et innovent avec peu de ressources. Si les entreprises 'traditionnelles' ne réagissent pas, elles passeront à côté d'opportunités", insiste Navi Radjou.

"L'Innovation Frugale ou Comment faire mieux avec moins" de Navi Radjou et Jaideep Prabhu aux Éditions Diateino, mars 2015


L'écart se creuse entre les entreprises "classiques" et les structures évoluant sur le modèle de l'innovation frugale... Pour permettre aux entreprises de sortir de leurs habitudes, Navi Radjou avance quatre recommandations.

Le client du futur, un client partagé

Tout d'abord, celle d'écouter le client. "Les utilisateurs sont le premier maillon de la chaîne de l'innovation", souligne l'expert. Baisse du pouvoir d'achat, éveil des consciences écologiques... "de plus en plus de consommateurs deviennent frugaux" selon Navi Radjou qui ajoute cependant que "cette voie empruntée par le client fait peur aux entreprises". Les sociétés hésitent à suivre les attentes réelles de leurs clients. Et le spécialiste de l'innovation frugale ne mâche pas ses mots : "Les entreprises doivent devenir moins arrogantes et croire en l'intelligence des consommateurs !", martèle-t-il. Une mission pour laquelle elles ne devraient plus faire cavalier seul : "Le client du futur sera un client partagé entre plusieurs marques. Si les entreprises veulent servir les clients, elles doivent accepter ce fait et partager des synergies en matière d'offre avec d'autres sociétés."

Déléguer aux hommes du terrain

Si les entreprises traditionnelles ont autant de difficulté à s'adapter, c'est en partie dû à leur organisation interne. Trop ancrées dans la hiérarchie et donc souffrant d'un manque d'agilité, elles doivent se diriger vers ce que Navi Radjou désigne comme "l'empowerment", c'est-à-dire vers la responsabilisation des collaborateurs. La solution ? Faire confiance aux équipes, en particulier celles du terrain (et donc les forces de vente en priorité) en leur accordant un pouvoir de décision. La finalité ? Un gain d'agilité, d'efficacité et de temps.

* Le "prosommateur" est un mix entre le mot "producteur" et "consommateur". Il désigne des personnes qui participent à l'économie collaborative en tant que loueur occasionnel ou régulier de leurs biens (appartement, véhicule, outils de bricolage etc..) ou de services (covoiturage par exemple)

Laure Trehorel

Laure Trehorel

Journaliste, stratégie et vente

Chef de rubrique pour le magazine Action Commerciale et pour le site actionco.fr, je suis en charge des sujets relatifs aux stratégies commerciales des [...]...

Voir la fiche

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet

Pourquoi Internet ne tuera pas le point de vente
Stratégie commerciale
Pourquoi Internet ne tuera pas le point de vente

Pourquoi Internet ne tuera pas le point de vente

Par Aude David

Si les grandes surfaces sont encore loin d'avoir disparu, la grande distribution affronte en ce moment de nombreuses difficultés. Pourtant, [...]

5 idées reçues sur la tarification dynamique
Stratégie commerciale
5 idées reçues sur la tarification dynamique
vege - stock.adobe.com

5 idées reçues sur la tarification dynamique

Par Pierre Hébrard, fondateur et CEO de Pricemoov

La tarification dynamique consiste à ajuster ses prix à la hausse ou à la baisse en fonction du contexte d'achat. Cependant, les idées préconçues [...]

Les managers connaissent-ils vraiment la stratégie de l'entreprise ?
Stratégie commerciale
Les managers connaissent-ils vraiment la stratégie de l'entreprise ?

Les managers connaissent-ils vraiment la stratégie de l'entreprise ?

Par Aude David

Pour donner une vision à ses équipes et les faire adhérer à la stratégie de l'entreprise, les managers sont un maillon absolument indispensable. [...]

[Tribune] Qui paye le prix de la livraison gratuite?
Stratégie commerciale
[Tribune] Qui paye le prix de la livraison gratuite?

[Tribune] Qui paye le prix de la livraison gratuite?

Par Michael S. Levy (Deliver.ee)

La livraison gratuite, proposée par les principaux pure players e-commerce pour dominer le marché, oblige les autres à s'aligner sur ce modèle [...]