Recherche
Se connecter

Novalis et Taitbout fusionnent leurs forces de vente

Publié par le

A la suite de la fusion des deux groupes spécialisés dans les produits d'épargne et de prévoyance collective, les 150 commerciaux des deux entités font désormais partie de la même équipe.

  • Imprimer

Complémentaires. Ils le sont dans tous les sens du terme : ils proposent non seulement des produits de retraite complémentaire mais disposent également d’une couverture géographique qui se marie parfaitement ou presque l’une avec l’autre. Novalis et Taitbout ont en quelque sorte opéré une fusion “parfaite”. Seuls trois départements, dans le Nord de la France, disposent d’un "doublon", soit un commercial appartenant à chaque entité, sur une force de vente totale de 150 vendeurs terrain. L’un est un géant de l’assurance de personnes : Novalis comptait en 2008 un chiffre d’affaires de 900 millions d’euros et revendiquait la 5e place sur le marché. L’autre est plus modeste avec un chiffre d’affaires de 80 millions d’euros en assurance de personnes et une forte présence en retraite complémentaire.

Dans le cadre de son plan Ambition 2011, la nouvelle entité compte ouvrir une vingtaine de postes commerciaux d’ici à la fin de l’année 2009. « Nous avons effectué en 2008 un grand chantier en amont de la fusion, en vue de la convergence de nos deux gammes afin de créer un portefeuille commun », explique Christian Momy, directeur commercial du nouveau groupe. Ce portefeuille sera effectif dès la mi-février.

Les différences entre les deux équipes? Le groupe Taitbout s’est développé à travers le courtage et disposait d’une équipe de 12 personnes se consacrant aux ventes à l’international. Novalis en revanche possédait son propre réseau et une équipe de commerciaux grands comptes. « Les commerciaux Novalis ont suivi une formation sur les produits Taitbout et vice-versa », poursuit le directeur commercial. Les axes de développement du nouveau groupe sont l’exploitation du portefeuille de produits de retraite et une communication intense sur sa spécificité à l’international, « qui constitue une différenciation notable sur le marché », poursuit Christian Momy. Novalis-Taitbout a ainsi créé le pack CFE (Caisse des Français à l’étranger) pour proposer aux entreprises de les suivre à l’international et leur offrir des garanties pour leurs expatriés. Dernier axe : cibler les PME-PMI (Novalis enregistrait jusqu’alors 60% de son chiffre d’affaires avec des grands comptes). L’année 2008 a d’ailleurs marqué une progression de 10% des ventes vers les petites et moyennes entreprises, soit un objectif initial dépassé.

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet

Pourquoi Internet ne tuera pas le point de vente
Stratégie commerciale
Pourquoi Internet ne tuera pas le point de vente

Pourquoi Internet ne tuera pas le point de vente

Par Aude David

Si les grandes surfaces sont encore loin d'avoir disparu, la grande distribution affronte en ce moment de nombreuses difficultés. Pourtant, [...]

5 idées reçues sur la tarification dynamique
Stratégie commerciale
5 idées reçues sur la tarification dynamique
vege - stock.adobe.com

5 idées reçues sur la tarification dynamique

Par Pierre Hébrard, fondateur et CEO de Pricemoov

La tarification dynamique consiste à ajuster ses prix à la hausse ou à la baisse en fonction du contexte d'achat. Cependant, les idées préconçues [...]

Les managers connaissent-ils vraiment la stratégie de l'entreprise ?
Stratégie commerciale
Les managers connaissent-ils vraiment la stratégie de l'entreprise ?

Les managers connaissent-ils vraiment la stratégie de l'entreprise ?

Par Aude David

Pour donner une vision à ses équipes et les faire adhérer à la stratégie de l'entreprise, les managers sont un maillon absolument indispensable. [...]