Mon compte Devenir membre Newsletters

Dircos à 30 ans, ils racontent…

Publié le par

À 30 ans, l'époque des études est encore proche, et pourtant, en dépit d'une légère inexpérience, c'est l'âge de tous les possibles, de tous les challenges. Alors que beaucoup évoluent encore sur le terrain, certains sont propulsés managers. Témoignage de trois d'entre eux…

Sara Boubaker, directrice du réseau d'agences de Linkeo

« J’ai relevé une suite de défis sans me poser trop de questions. » C’est ainsi que Sara Boubaker résume son parcours, qui l’a menée de la vente terrain (chez France Télécom puis TPS, notamment) au poste de directrice commerciale à 30 ans, en 2011. Au sein de la webagency Linkeo, elle gère six agences régionales avec 40 commerciaux B to B. Précédemment directrice d’agence elle-même, elle passe alors du management de commerciaux au management de managers. Lesquels sont en grande majorité des hommes plus âgés. « La difficulté est de s’imposer en tant que jeune femme sans pour autant dévier vers un management directif. » Sara Boubaker a opté pour la douceur, la proximité avec les équipes, quitte à les accompagner sur le terrain, à partager les succès… sur fond de pragmatisme. « Nous avons la chance d’être en croissance, d’avoir racheté des entreprises et monté des agences petit à petit. L’enthousiasme est donc plus facile à communiquer. » Ses aspirations aujourd’hui ? Continuer à développer l’activité, à agrandir le réseau… et surtout avoir du plaisir à le faire.

Sylvain Rouri, responsable commercial Europe de Survey Sampling International

À 30 ans pile, en 2002, Sylvain Rouri a été nommé directeur commercial des ventes indirectes de l’entité network & careers chez France Télécom. Un nouveau service chargé de vendre des solutions de transmission par fibre optique. Le jeune dirco était auparavant commercial dans le groupe. « À 30 ans, on ne mesure pas immédiatement l’impact d’une telle nomination. Votre jeunesse peut se retourner contre vous, dans un milieu où les cadres sont souvent plus âgés. » Pour manager son équipe de dix vendeurs et asseoir sa légitimité, Sylvain Rouri décide de rester humble et de se focaliser sur les résultats. Remplir et dépasser ses objectifs, souder sa petite équipe en un noyau dur… Tous ces efforts lui ont permis de grimper à un poste de manager au siège de La Défense, au sein de la direction commerciale entreprises, trois ans plus tard. Avec le recul, Sylvain Rouri estime qu’il faut profiter de ses 30 ans pour aller de l’avant avec enthousiasme et apprendre sur son métier.

Marc Plantagenêt, directeur des opérations de la tonnellerie Seguin-Moreau Bourgogne 

Amoureux du vin, dont il a étudié l’histoire, mais aussi diplômé de l’ESC Bourgogne, Marc Plantagenêt est devenu directeur commercial du Champagne de Castellane à 30 ans, en 2005. Un défi pour le jeune homme, qui avait alors démarré comme commercial six ans plus tôt. « Heureusement, j’avais l’air plus mature ! », sourit aujourd’hui l’intéressé. Son défi : s’imposer parmi d’anciens collègues devenus collaborateurs, mais également apprendre le dialogue avec ses pairs, le sens des priorités, la recherche de solutions acceptables par tous. « En tant que commercial terrain, seules mes ventes immédiates m’importaient. En tant que directeur commercial, j’ai dû prendre de la hauteur, relativiser et tenir compte des impératifs des autres services. » Marc Plantagenêt sera épaulé dans sa prise de fonction par son directeur général et s’attachera à bien connaître chaque membre de son équipe (28 personnes), pour un management basé sur le dialogue. Aujourd’hui, Marc Plantagenêt dirige l’entité bourguignonne du tonnelier Seguin-Moreau. Un poste transversal où son expérience passée l’a bien aidé.