Mon compte Devenir membre Newsletters

DIF : quel rôle pour le manager ?

Publié le par

36 % des salariés utilisent leur DIF pour développer leurs compétences personnelles. 25 % des managers valident directement leurs demandes. C'est ce qui ressort d'une étude Demos sur le DIF.

Comme tous les salariés, vos commerciaux et vous-même bénéficiez d'un droit individuel à la formation (DIF). Mais les modalités de mise en œuvre de ce droit diffèrent selon les entreprises. Si un salarié sur 20 ignore ce qu'est ce droit, les deux tiers d'entre eux s'y intéressent de près et savent faire état de leur situation personnelle. C'est en tout cas ce qui ressort d'une récente étude sur le DIF menée par Demos avec Jean-Pierre Willems, expert en droit de la formation(1).

Dans le détail, la majorité des salariés (36 %) plébiscite des formations sur les thèmes du développement personnel, de la communication et de l'efficacité professionnelle. Dans 42 % des entreprises, un accès à une formation e-learning est possible, 21 % des salariés en ont d'ailleurs déjà profité. Mais, au bout du compte, des freins subsistent à la formation, comme l'indécision sur la formation souhaitée (dans 29 % des cas), l'envie de ne pas utiliser ce droit afin de de capitaliser dessus, ou le manque d'information (pour 15 % des salariés). Là, peut-être auriez-vous, en tant que manager, un rôle à jouer ? 

Le rôle du manager dans le DIF
Selon les salariés interrogés, le manager valide la demande de DIF dans un cas sur quatre. Mais, le plus souvent, cette validation définitive relève des directions des ressources humaines. Dans ces cas, le manager se contente de donner son accord. 67 % des salariés ayant utilisé leur DIF l'ont fait à leur propre initiative. Les salariés restants le prennent parce que leur entreprise les y a invités.

(1) L'étude a été menée auprès de 1 400 salariés, entre octobre 2010 et mars 2011.