7 idées reçues sur le management féminin

Publié le par

Qu'est-ce qui caractérise les femmes managers, quelles sont leurs ambitions, comment sont-elles perçues par leurs équipes ? Le réseau Essenti'Elles, regroupant des femmes managers du groupe bancaire BPCE, s'est penché sur la question. Démentant (ou pas) les idées reçues.

7 idées reçues sur le management féminin

Idée reçue n°1 : Les femmes sont moins nombreuses que les hommes à être cadres

Faux, affirme le premier baromètre des femmes managers du réseau Essenti'Elles, regroupant des femmes du groupe bancaire BPCE1, rendu public au mois de septembre. Selon cette étude, celles-ci sont au contraire légèrement plus nombreuses à avoir le statut cadre : 41 % contre 39 % des hommes. Autrement dit, explique le baromètre, si le plus difficile est de devenir manager, les disparités se réduisent après la prise de fonction.

Il n'en reste pas moins vrai que seulement 32 % des femmes actives sont managers contre 54 % des hommes. 7 salariés " managés " sur 10 ont aujourd'hui un manager homme. Au cours de leur vie professionnelle, ils ont eu en moyenne 2,1 managers femmes et 5,4 managers hommes. Une tendance qui a évolué mais la parité est encore loin. " Le management féminin s'est banalisé... mais reste très minoritaire ", analyse le baromètre.

Idée reçue n°2 : Elles veulent moins diriger, briguent moins les responsabilités

Faux. Les femmes ne sont pas moins enclines à vouloir prendre des responsabilités que leurs homologues masculins. 71 % des femmes et 67 % des hommes souhaitent en effet continuer à progresser, à prendre davantage de responsabilités, à manager des équipes de plus en plus nombreuses.

Cependant, le baromètre confirme par ailleurs que les femmes ont " moins tendance à revendiquer leur leadership ". Une tendance qui risque de se perpétuer car seulement 11 % des femmes pas encore managers ont l'intention de le devenir contre 20 % des hommes...

Idée reçue n°3 : A ce poste, elles sont moins bien payées

Vrai. Le baromètre pointe une différence de salaire de 3 % qui penche en faveur des hommes. " Inégalité réduite ou très faible ", relève le baromètre, qui ne dit cependant pas si l'égalité totale serait souhaitable ou pas, en lien avec les compétences de chacun...

Idée reçue n°4 : Elles sont moins compétentes...

Faux. L'analyse de leur parcours de formation dément cette idée. Les femmes sont 53 % à détenir un bac + 3 ou plus contre 37 % des hommes. Sans surprise, le baromètre relaie aussi cette idée, ancrée chez les personnes " managées ", que les femmes auraient plus de qualités organisationnelles et relationnelles tandis que les hommes auraient davantage de leadership. En revanche, hommes et femmes ont la même capacité à faire évoluer leurs collaborateurs.

Idée reçue n°5 : Contrairement aux hommes, la rémunération n'est pas en premier lieu ce qui les motive

Faux. Certes les femmes sont moins nombreuses que les hommes à considérer le salaire comme l'un des éléments les plus importants de leur travail (41 % contre 47 % pour les hommes), mais la rémunération arrive dans le trio de tête des priorités au travail pour les deux sexes. En fait, hommes et femmes ont des priorités assez similaires : dans l'ordre, intérêt du travail, rémunération et ambiance au travail/qualité des relations humaines pour les femmes. Et pour les hommes, rémunération d'abord, puis intérêt au travail et... équilibre vie personnelle et vie professionnelle.

Idée reçue n°6 : Concilier vie pro et vie perso, une affaire de femmes

Faux. Hommes et femmes sont exactement aussi nombreux (33 %) à estimer que concilier vie personnelle et vie professionnelle est l'une des principales difficultés de leur métier, au premier rang desquelles se retrouvent, à égalité pour les deux parties, manque de moyens (46 %) et charge de travail trop importante (45 %).

Cependant, il n'en reste pas moins vrai que, dans les faits, un tiers des femmes ont interrompu leur parcours au moins une fois pour élever leurs enfants. Seulement 50 % d'entre elles, contre 82 % des hommes, se disent beaucoup aidées au quotidien par leur conjoint. Si en théorie les deux sexent prônent cet équilibre, en pratique aujourd'hui ce sont encore davantage les femmes qui montent au front.

Idée reçue n°7 : Etre managé par un homme ou une femme, ce n'est pas la même chose...

Faux. 62 % des salariés "managés" interrogés dans le baromètre n'expriment pas de préférence quant au fait d'avoir un manager homme ou femme. Mais parmi les autres, deux tiers privilégient un management masculin. " Les qualités de management reconnues aux femmes ne leur permettent pas de faire jeu égal avec les hommes aux yeux des managés, même, voire surtout, s'il s'agit de femmes ". Un autre plafond de verre...?

1 Baromètre réalisé auprès de 1652 actifs de 25 à 65 ans (730 managers et 922 non managers) ayant répondu à un questionnaire en ligne en mars-avril 2013.