Mon compte Devenir membre Newsletters

Quel est l'état d'esprit des managers français ?

Publié le par

Les managers seraient stressés, inquiets, désabusés. Pas si sûr... Découvrez le premier baromètre de CSP Formation avec Manageris sur l'état d'esprit des managers et leurs aspirations.

Quel est l'état d'esprit des managers français ?

Malgré la période de crise et d’incertitude, les managers français sont positifs ! C'est du moins le constat que réalise CSP Formation grâce à un baromètre réalisé conjointement avec avec Manageris. En effet, pour qualifier leur état d’esprit, 39% des répondants se disent « enthousiastes » ; près de 20% « sereins » et plus de 11% « épanouis ». Ces 70% de managers contrebalancent largement ceux qui se disent « réservés » (9,5%), « désabusés » (8,5%), « stressés » (8%) ou « inquiets » (4%).

Pour une meilleure lisibilité, cliquez sur l'image.

Le baromètre met également en lumière les leviers de motivation des managers dans le cadre professionnel. Leur goût des responsabilités (51,6%) puis le contenu de leur métier (45,5%) sont les deux facteurs-clés de motivation. Leur identité managériale cohabite avec leur identité d’expert à laquelle ils restent foncièrement attachés. Si les relations avec les membres de leur équipe font parties des motivations essentielles (42% des réponses), l’ambiance de travail et la fierté d’appartenir à l’entreprise arrivent loin derrière (16,4% et 13,1%). Les perspectives de rémunération ne sont citées que par 12,2% des managers, conscients de la raréfaction des ressources financières disponibles.

Un manque de reconnaissance et d’autonomie

Malgré cet état d’esprit positif, 28% des managers souffrent d’un manque de reconnaissance de la part de leur hiérarchie. Il est d’ailleurs, intéressant de souligner que plus les managers sont proches des fonctions opérationnelles, plus ce besoin est exprimé. En effet, 33% des managers de proximité se sentent assez peu ou pas du tout reconnus, contre 15% des managers de managers et 13% des dirigeants.

Si leur zone d’autonomie est d’autant plus large qu’ils occupent des fonctions de dirigeants, 40% des managers considèrent cette zone encore à conquérir ou trop limitée et 35% la voient même plutôt se restreindre. Une proportion identique se sent « rarement » ou « jamais » encouragée à prendre des initiatives et des risques dans leur rôle de manager.

L’enquête révèle par ailleurs, que 30% des managers passent l’essentiel de leur temps et de leur énergie à la résolution des problèmes et des urgences. Dans 50,5% des autres réponses, le temps est prioritairement occupé au pilotage de l’activité, à l’orientation de l’action ou au contrôle des résultats. Seuls 20% de managers disent que l’accompagnement, le développement et le soutien des équipes sont leur occupation quotidienne. La gestion accaparante du quotidien met ainsi à mal la dimension stratégique de leurs fonctions. Confirmant cette tendance, 40% des managers se disent non associés à l’élaboration de la stratégie de l’entreprise !

*Baromètre réalisé en octobre 2012 auprès de 209 managers (dont 58,4% de managers de proximité, 23% de managers de managers, 11,5% de dirigeants et 7,2% d’autres profils)