Mon compte Devenir membre Newsletters

Le renouveau du management : la culture de la transparence

Publié le par

Dans notre culture industrielle et financière, le manager a été souvent apparenté à un " SuperTech ", capable de résoudre les problèmes opérationnels plus vite et mieux que ses collaborateurs. Mais est-ce la seule tâche d'un manager ?

Imaginons une nouvelle fiche de fonction managériale.

- Décliner les orientations de la gouvernance en objectifs opérationnels et en moyens disponibles : Etre capable de comprendre la vision de la gouvernance et traduire cette vision en plan d’actions. En cas de risques stratégiques identifiés, réguler la décision pour éviter la surchauffe du système. Mettre à la disposition des organes de décisions les différentes possibilités pour réaliser leurs visions. Bâtir des plans de développement pour permettre à la gouvernance d’anticiper les évolutions du système, des structures et des services rendus. En situation de crises, présenter les problèmes et leurs causes, prévoir différents scénarii de sortie de crise afin que la gouvernance statue sur la solution la mieux appropriée.

- Assurer la réalisation des orientations et des objectifs : Organiser et planifier les moyens disponibles et les indicateurs de contrôle d’avancement. Donner du sens et motiver les équipes à la réalisation des plans d’actions. En cas de risques opérationnels identifiés, prendre en considération les alarmes des organes opérationnels pour réguler la planification et éviter une surchauffe des lignes de production. En cas d’impossibilité faire remonter le risque afin de réguler la décision. Faire évoluer les organes de production en compétences et en expertises pour répondre plus efficacement aux futures décisions. Faire cohabiter et performer des expertises et des cultures différentes afin d’assurer la réalisation des objectifs dans les meilleures conditions possibles. En cas de difficultés opérationnelles, s’assurer que les causes ont bien été localisées, tenir compte des différentes possibilités émises par les experts opérationnels pour prendre la décision dans son cadre de responsabilisation. Si la décision sort du cadre, faire remonter le problème, les causes et les possibilités pour que la décision soit prise dans le bon cadre de responsabilité.

- Permettre une circulation des informations : Rendre le système productif, flexible et adaptable. Faire en sorte que toutes les informations concourent à la prise de décision. Tenir informer le système de son état d’avancement. Permettre à la structure d’effectuer les changements nécessaires avec plasticité. Faciliter la transmission de données entre les systèmes en apportant du sens sans altérer l’information. En cas de crise informationnelle : décoder les interprétations des systèmes en communication et rechercher les terrains d’entente dans un souci de collaboration.

Fiche de fonction à mettre en place dans un environnement où l’échec n’est plus considéré comme une erreur mais comme un moyen d’évolution en focalisant sur les causes et plus sur les responsables. Alors nous pourrons manager en toute transparence comme « régulateur » d’un système performant. Et prendre du recul quand l’expertise technique nous cantonne à « avoir la tête dans le guidon ».

JM Santi - Brain Process Institut - Consultant pour Orsys