Mon compte Devenir membre Newsletters

Nelis attire ses prospects via un serious game

Publié le par

Le fournisseur d'outils collaboratifs Nelis a imaginé un serious game sous forme d'enquête policière pour faire découvrir son offre de services. Une initiative qui, relayée sur Twitter, permet de rapporter des prospects qualifiés en un temps record.

Il n'est pas nécessaire de s'inscrire pour jouer au serious game de Nelis.

Il n'est pas nécessaire de s'inscrire pour jouer au serious game de Nelis.

Pierre Tombale était un employé a priori sans histoire de la société X-Rises. Jusqu’à ce que son cadavre soit retrouvé sur le parking de l’entreprise… Voilà comment débute l’histoire imaginée par Nelis, fournisseur de solutions de social CRM et de travail collaboratif, pour inviter ses clients et prospects à se mettre dans la peau de détectives. La société a choisi cette intrigue comme base d’un serious game conçu pour mieux faire connaître ses solutions. « Alors que les entreprises connaissent bien le CRM, des efforts restent à accomplir pour leur permettre de découvrir les outils collaboratifs. C’est ce que nous avons voulu faire de façon ludique et agréable », explique Philippe Rossi, p-dg de Nelis, à l’origine du projet.

La particularité de ce serious game : il permet de tester l’offre de manière indirecte. « En effet, pour récolter des indices afin de démasquer le meurtrier, le joueur doit cliquer sur des onglets correspondant aux fonctionnalités de nos services collaboratifs : agenda, contacts partagés, chat, commentaires, etc. », développe le dirigeant. Le déroulé du jeu ne suit pas un parcours balisé, mais se fait au rythme et dans l’ordre souhaité par l’enquêteur pour lui permettre de se promener à sa guise sur la plateforme et d’en découvrir les différentes modalités. D’ailleurs, l’interface est directement inspirée de l’outil de CRM commercialisé par Nelis.


Un jeu “tweeté”

Pour populariser ce jeu, le fournisseur de social CRM s’appuie, en priorité, sur les réseaux sociaux. Dans un premier temps, ce sont ses collaborateurs adeptes de Facebook, et surtout de Twitter, qui relaient l’initiative sur leurs comptes respectifs. En complément, Nelis lance également une campagne d’e-mailing traditionnelle adressée à une cinquantaine de partenaires institutionnels, financiers et commerciaux. Et les résultats sont là. Moins d’un mois après le lancement du serious game sur Internet, 2 000 internautes se sont déjà lancés à la poursuite du meurtrier de Pierre Tombale.

Contrairement à nombre de jeux similaires, aucune inscription préalable avec nom et coordonnées n’est demandée pour jouer. Impossible, donc, pour l’entreprise de prendre contact avec ces prospects. « Nous avons fait le pari que les personnes, séduites par la solution, se rapprochent de nous autrement », précise Philippe Rossi. Si cette décision semble risquée, elle s’avère pourtant efficace. En effet, une trentaine de prospects chauds ont d’ores et déjà pris contact avec Nelis, notamment par mail ou via le site, où une version plus classique de démonstration de l’offre est accessible… après enregistrement. « Certes, nos leads sont ainsi moins nombreux, mais plus qualifiés, car seules les personnes vraiment intéressées nous sollicitent », se réjouit le manager. De quoi éviter de se lancer dans une vaste campagne onéreuse de relance auprès des différents prospects qui ont joué.

Un coup d’autant mieux joué pour le prestataire que le serious game, basé sur son propre outil, n’a pas nécessité de développement particulier et lui a coûté seulement 1 500 euros.

Le serious game est en ligne ici