Mon compte Devenir membre Newsletters

Éthylotests obligatoires, ce que vous risquez

Publié le par

Depuis le 1er juillet, les automobilistes doivent justifier de la possession d'un éthylotest dans leur véhicule, qu'il soit de tourisme ou utilitaire. En cas de non-respect, les sanctions tomberont à compter du 1er novembre 2012.

Depuis le 1er juillet, tout automobiliste est tenu de détenir dans son véhicule un éthylotest en état de fonctionner.

Depuis le 1er juillet, tout automobiliste est tenu de détenir dans son véhicule un éthylotest en état de fonctionner.

Avez-vous un éthylotest dans votre boîte à gant ? Non ? La sanction risque de tomber ! Depuis le 1er juillet, tout automobiliste est tenu de détenir dans son véhicule, qu'il soit de tourisme ou utilitaire, un éthylotest chimique ou électronique en état de fonctionner.

A contrario, que risque l'automobiliste ? À ce jour, pas grand-chose. Une période transitoire de quatre mois est instaurée, durant laquelle les forces de l'ordre se contentent de faire un rappel à la loi en cas de non-respect de l'obligation : le taux d'alcoolémie du conducteur admis doit être inférieur à 0,5 g d'alcool par litre de sang ou 0,25 mg d'alcool par litre d'air expiré.

Mais à compter du 1er novembre 2012, le conducteur qui ne pourra justifier de la possession d'un éthylotest dans son véhicule sera passible d'une amende de 11 euros. Par ailleurs, les automobilistes qui auront consommé de l'alcool et prenant malgré tout le volant n'auront donc plus d'excuses s'ils ont un taux d'alcoolémie supérieur à la limite autorisée.

À savoir : le prix d'une paire d'éthylotests, disponible dans les grandes surfaces et établissements spécialisés dans l'entretien et la réparation automobile, est d'environ deux euros.