Mon compte Devenir membre Newsletters

Niveau d'engagement des salariés : à quoi s'attendre ?

Publié le par

Les perspectives de carrière, la reconnaissance des employés et la réputation de l'entreprise sont les principaux leviers d'engagement, selon une étude menée par Aon Hewitt.

Niveau d'engagement des salariés : à quoi s'attendre ?

Bonne nouvelle ! Le niveau d'engagement des salariés aurait sensiblement augmenté par rapport à 2010. C'est du moins le constat que fait Aon Hewitt, spécialiste du conseil en management et administration des ressources humaines, qui s'appuie sur une étude qu'il a réalisée au niveau mondial auprès de 3 100 entreprises représentant 9,7 millions de salariés. L’édition 2012  révèle ainsi, après plusieurs années de recul, une évolution positive du niveau d’engagement des salariés à l’échelle mondiale : 58 % des salariés étaient engagés en 2011, contre 56 % en 2010. L’engagement selon Aon Hewitt recouvre les notions de mobilisation des salariés pour la réussite de leur entreprise, de fierté d’appartenance et de fidélité envers celle-ci.

L’étude révèle une progression des scores dans trois domaines en particulier :
L’efficacité du leadership à l’échelle de l’entité commerciale ou de la division opérationnelle : 61 %, contre 54 % en 2010 ;
Les pratiques de gestion des RH permettant de créer un environnement de travail positif : 53 %, contre 47 % en 2010 ;
La perception selon laquelle les relations avec les clients sont enrichissantes : 75 %, contre 70 % en 2010.

Elle démontre néanmoins un recul des scores de perception dans trois domaines-clés :
L’efficacité de la communication : 42 % en 2011, contre 46 % en 2010 ;
L’innovation : 52 % en 2011, contre 55 % en 2010 ;
La sécurité sur le lieu de travail : 75 % en 2011, contre 78 % en 2010.

Niveaux d’engagement par région :

Régions20112010
Europe52 %51 %
Amérique du Nord64 %64 %
Amérique Latine71 %72 %
Asie Pacifique58 %55 %

Les leviers d’engagement

Selon l'étude, les entreprises susceptibles d’obtenir les meilleurs retours sur investissement en matière d’engagement de leurs employés sont celles qui concentreront leurs efforts sur l’amélioration de ces leviers :

Les perspectives de carrière : Pour la quatrième année consécutive (tant à l’échelle mondiale que régionale), les perspectives de carrière constituent le principal levier permettant de peser de manière positive sur les niveaux d’engagement globaux. Néanmoins, pour Aon Hewitt, l’année 2012 sera difficile en raison des perspectives de développement et d’avancement de carrière limitées. À présent, et plus que jamais, les entreprises doivent communiquer de façon claire sur les parcours professionnels qu’elles proposent, préparer leurs employés à leurs futures fonctions et offrir des possibilités de développement.

La reconnaissance : L’analyse d’Aon Hewitt montre qu’il est bénéfique pour l’entreprise de reconnaître les efforts supplémentaires que ses employés ont fournis dans un contexte commercial difficile, par le biais d’observations et d’encouragements (qui, souvent, ne coûtent rien à l’entreprise). L’étude montre que la reconnaissance a davantage d’impact sur les employés des régions Asie Pacifique et Amérique latine que sur ceux des autres régions.

La réputation de l’entreprise : Selon Aon Hewitt, les employés souhaitent appartenir à une équipe respectée et performante. Le rapport révèle que les employés européens et nord-américains se sentent davantage concernés par la réputation de leur entreprise et par ce qu’elle représente sur le marché que par les marques de reconnaissance.

La communication : Les scores relatifs à la perception que les salariés ont de la communication ont reculé en 2011. Alors que les entreprises sortaient de la récession, il est probable qu’elles se soient moins focalisées sur la communication de messages clairs et cohérents émanant des dirigeants. Pour Aon Hewitt, il est important que les dirigeants continuent de diffuser des messages clairs concernant les objectifs de l’entreprise, les défis qui lui font face et ce qu’ils attendent des salariés.