Mon compte Devenir membre Newsletters

Sur fond de crise, le salon Bedouk dédié au tourisme d'affaires s'impose comme un rendez-vous business

Publié le par

Alors que se tient du 6 au 7 février le salon Bedouk 2013 (Porte de Versailles à Paris) dédié au tourisme d'affaires, son commissaire général, Stéphane Barbarin, fait le point sur un marché frappé de plein fouet par la crise tout en présentant les nouveautés de ce rendez-vous professionnel.

Sur fond de crise, le salon Bedouk dédié au tourisme d'affaires s'impose comme un rendez-vous business

C'est dans un climat morose que s'ouvre la nouvelle édition 2013 du salon Bedouk dédié au tourisme d'affaires. "Le marché du séminaire et de l'événementiel a énormément souffert en 2012", juge Stéphane Barbarin, commissaire général du salon Bedouk qui constate un durcissement par rapport aux années précédentes. Selon lui, les entreprises en période de crise fonctionnent à l'économie et optent pour une réalisation en interne de leurs événements, évitant ainsi les frais d'un prestataire. "De manière générale, les événements se font moins loin et leur durée tant à baisser, affirme sans surprise Stéphane Barbarin. Sans oublier que les événements se font désormais à la dernière minute et que les entreprises y consacrent un budget de moins en moins important. 

Plus de contenu, moins de ludique

Face à ce constat, les prestataires ont tout de même cherché à s'adapter notamment en misant sur le contenu apporté lors de ces rassemblements. "Comme une grande partie du ludique est désormais absent de ces moments, il s'agit que le message que souhaite transmettre l'entreprise à ses collaborateurs soit transmis avec clarté et efficacité. Et c'est là que les agences peuvent apporter leur savoir faire et expériences", affirme l'expert. Ce qui n'empêche nullement l'originalité et de citer que désormais l'intervention d'un magicien sera par exemple remplacé par un philosophe, un sociologue... de quoi appuyer le message que la direction souhaite faire passer. De fait les agences misent énormément sur ce point. Les entreprises ont conscience de l'importance de ce moment et ne feraient donc pas l'impasse sur la technologie pour s'adresser à leur collaborateur. Son, lumière, scénographie... autant d'éléments pour aider à véhiculer un message.

"C'est ce qui nous a poussé cette année à présenter au sein du salon un espace de démonstration dédié à la technologie afin que les entreprises puissent appréhender ces nouveautés : hologramme, écran plasma gigantesque, éclairage, réalité augmentée... Les entreprises économisent sur l'hôtellerie, le transport... mais admettent qu'il est nécessaire de continuer de faire rêver leurs collaborateurs", confie Stéphane Barbarin.

Au-delà de cet espace high tech, le salon facilite le parcours du visiteur en créant trois espaces : culturel, insolite, art de vivre. De quoi mieux s'y retrouver parmi les 500 exposants. Enfin, plus que jamais en ces périodes difficiles, le visiteur pourra compter sur un cycle de conférences autour de l'incentive, de l'apport des technologies, du format à adopter pour ses événements, de la culture d'entreprise...

Une French Meeting Week

Pour la première fois, le salon s'inscrit dans un événement plus large : la French Meeting Week ayant pour objectif de réunir et de fédérer tous les acteurs de la Meeting Industry. Cette semaine qui se déroulera du lundi 4 au jeudi 7 février permettra aux professionnels de l’évènementiel, de se rencontrer, partager et débattre autour de différentes problématiques tout en cherchant à promouvoir le secteur du tourisme d’affaires et de l’évènementiel à l'image de la rencontre avec des acheteurs internationaux ou de la 7ème édition des grands prix Kréa...