Mon compte Devenir membre Newsletters

Cadhoc dématérialise le chèque-cadeau

Publié le par

Cadhoc, spécialisé dans les chèques-cadeaux, lance une offre de dématérialisation pour permettre aux bénéficiaires de dépenser leurs chèques sur une centaine de sites marchands.

Cadhoc dématérialise le chèque-cadeau

Vous en avez assez de faire la queue dans les magasins pour utiliser vos chèques-cadeaux ? Cadhoc a peut-être la solution. Depuis octobre, l'entreprise spécialisée dans les chèques-cadeaux offre la possibilité de les utiliser sur Internet. La filiale du groupe Chèque Déjeuner lance en effet une offre de dématérialisation. Celle-ci permet au bénéficiaire de dépenser tout ou partie de son chèque chez l'un des 100 sites marchands partenaires. Un panel de commerçants qui vient s'ajouter aux 600 enseignes de la grande distribution ou commerces de proximité qui acceptent déjà les chèques Cadhoc. "Ce nouveau service s'inscrit dans une volonté de donner un plus large choix au consommateur pour dépenser ses chèques-cadeaux, explique Pierre-Jean Fossat, directeur général de Cadhoc. Il correspond à une tendance actuelle axée sur les nouvelles technologies."

En pratique, vos commerciaux ou vous-mêmes pourrez désormais vous rendre sur le site Internet de Cadhoc et remplir un formulaire de demande de conversion de chèque, afin de pouvoir le dépenser en ligne. Le système apporte une plus grande liberté de choix et une souplesse d'utilisation. A condition pour le bénéficiaire de respecter les conditions d'utilisation et notamment la date de validité de son chèque, qui ne change pas. Toutefois, l'opération a un prix : il lui en coûtera 1 € par lot de chèque converti, à moins que l'entreprise prenne les frais de traitement à sa charge, soit 0,50 € par lot de chèques acheté à Cadhoc. 

De l'écran au papier
L'opération est également possible dans l'autre sens. En effet, en parallèle, Cadhoc lance également une offre de rematérialisation. Objectif: convertir les e-chèques cadeaux reçus par les salariés en chèques papier, pour ceux qui le souhaitent. "Nous privilégions la convergence entre les supports et laissons le choix au bénéficiaire de son mode de consommation. Nous ne recherchons pas le cloisonnement mais l'imbrication de ces modes les uns dans les autres", insiste Pierre-Jean Fossat, directeur général de Cadhoc. En effet, la culture du papier est encore forte en France et les salariés restent demandeurs, analyse le dirigeant. Dans ce cas de figure, le bénéficiaire devra attendre quelques jours la réception de son chèque par la Poste pour pouvoir le dépenser. En effet, il n'aura pas, pour des raisons de sécurité, la possibilité d'imprimer un chèque à code-barre directement de chez lui. L'opération lui coûtera également 1 €.

Enfin, pour la fin de l'année, l'entreprise réfléchit actuellement à rendre accessible les chèques cadeaux sur les smartphones, qui équipent aujourd'hui 70 % des Français possédant un téléphone mobile. Des projets pilotes démarrent ces jours-ci dans plusieurs points de vente.