Mon compte Devenir membre Newsletters

Conventions et séminaires : ce que privilégient les entreprises

Publié le par

En période de crise, les événements internes demeurent essentiels pour la cohésion des équipes. Le Baromètre 2012 sur le tourisme d'affaires réalisé par Coach Omnium, en partenariat avec Bedouk Meeting & Events Media, fait le point sur les tendances.

Conventions et séminaires : ce que privilégient les entreprises

Malgré la crise et la tentation des entreprises de rogner toujours plus sur le poste de dépenses que représentent les réunions professionnelles, le marché de l’événementiel ne sombre pas. C’est ce qu’il ressort du Baromètre 2012 sur le tourisme d’affaires réalisé par Coach Omnium, en partenariat avec Bedouk Meeting & Events Media. Ce maintien est dû en grande partie à la nécessité qu’ont les entreprises d’organiser des événements pour informer leurs collaborateurs, mobiliser leurs troupes et continuer d’accroître, coûte que coûte, leur chiffre d’affaires. Toutes les manifestations ne tirent cependant pas profit de cette stabilité du marché.


Le séminaire : un événement-phare

Comme l’an passé, le séminaire reste l’événement favori des entreprises. 84 % d’entre elles en programment régulièrement. Selon l’étude, les simples réunions de travail organisées sous la forme de séminaire résidentiel ou de journée d’étude sont préférées aux grand-messes et congrès plus coûteux.

La tendance aux événements courts se confirme également. Les réunions d’une demi-journée progressent, aux dépens de celles se déroulant sur deux à trois jours. Près du quart des entreprises organisent même des manifestations extérieures qui ne durent que quelques heures et qui présentent l’avantage de mobiliser les participants sur un laps de temps très courts, et ce, sans trop dépenser.

Les sociétés privilégient également les manifestations à taille humaine. La grande majorité des réunions rassemblent entre 10 et 50 participants. Un effectif apprécié des organisateurs, car il facilite le travail en groupe et assouplit l’aspect logistique.

Enfin, côté finances, les budgets alloués par les entreprises varient selon la manifestation. En 2011, les dépenses moyennes par participant tendent, paradoxalement, à progresser, car comme l’indique l’étude, “les limites à la baisse des devis avaient été atteintes en 2010”. Pour un séminaire résidentiel, 40 % des entreprises octroient plus de 230 euros HT par jour et par personne, contre seulement 21 % en 2008.


Les motifs de rassemblement

  2008  2011

Information du réseau

62 % 39 %
Motivation du réseau / des collaborateurs 48 % 35 %
Réunion régulière 15 % 30 %
Fidélisation / motivation prescripteurs et clients 28 % 25 %
Lancement de produit / service 19 % 17 %
Formation 19 % 13 %
Comité de direction 26 % 12 %
RP 5 % 6 %
Autres 3 % 7 %

 


Le choix de l'hôtellerie

Concernant l’organisation de leurs événements, les décideurs misent plus que jamais sur l’hôtellerie et ses prestations soignées. Ils délaissent les lieux atypiques et autres demeures de caractères, jugées trop “glamou” en période de récession. Selon le Baromètre 2012 tourisme d’affaires de Coach Omnium, réalisé en partenariat avec Bedouk Meetings & Events Media, 80 % des sociétés choisissent l’hôtel pour la tenue de leurs événements professionnels.

Si l’hôtellerie est ainsi prisée, c’est qu’elle offre de nombreux avantages qui ne se démentent pas au fil des ans. Son premier atout est d’offrir en un même lieu les salles, la restauration et l’hébergement, facilitant ainsi l’organisation et limitant les déplacements. L'idéal pour des événements dont la durée moyenne est aujourd’hui estimée à 48 heures.

Spécialisés sur le créneau du tourisme d’affaires, de nombreux établissements hôteliers proposent, en outre, des prestations de qualité et font preuve d’un professionnalisme hors pair. Ainsi, même pour des journées d’étude, sans hébergement, les entreprises font le choix – un peu paradoxal – de l’hôtellerie. Les établissements trois et quatre étoiles ont toujours la faveur des organisateurs, pour des raisons de prestations de confort et d’image. En effet, en période d’austérité, les entreprises veulent à tout prix éviter les lieux trop clinquants et luxueux.

Ainsi, selon l’étude, les châteaux et autres demeures de caractère, encore très prisées en 2010, sont désormais en perte de vitesse. 20 % des entreprises y ont eu recours pour leurs événements en 2011, contre 26 % en 2010 et 40 % en 2008. La même tendance à la baisse s’observe pour les parcs à thème et de loisirs dont l’image est jugée trop récréative et connotée détente. Les entreprises recourent également plus ponctuellement aux palais des congrès et aux grands centres de conférences, dont le coût élevé de la location est un frein. 30 % des entreprises sont séduites par ces structures variées (salles de conférences, salons de réception ou amphithéâtres, etc.) pour leurs journées d’étude et leurs réunions de proximité.

En termes de destinations, c’est encore une fois l’Hexagone qui l’emporte avec plus des trois quarts des événements accueillis en 2011. La région Île-de-France arrive tête, suivie de la région Paca. Le Rhône-Alpes et le Nord-Pas-de-Calais se partagent la troisième position. Moins de 30 % des entreprises organisent des événements à l’étranger (contre 46 % en 2002). Ils se produisent principalement en Europe (avec l’Espagne et l’Allemagne en tête en 2011) et aux États-Unis. Les destinations lointaines, comme la Chine et l’Inde, ne sont plus à l’honneur, rigueur oblige. Autre destination appréciée des entreprises, le Maghreb, a pourtant elle aussi été boudée en 2011, en raison des événements liés au Printemps Arabe. Seules 5 % des entreprises s’y sont rendues.