Mon compte Devenir membre Newsletters

Comment déjouer les erreurs de jugement ?

Publié le par

Certains mécanismes inconscients de la pensée influencent la prise de décision des managers et peuvent avoir des conséquences fâcheuses pour l'entreprise. Les conseils de Gérald Bronner, sociologue, formateur en entreprise, pour éviter les erreurs de jugement.

Gérald Bronner, sociologue.

Gérald Bronner, sociologue.

Quels mécanismes de pensée peuvent brouiller la prise de décision ?

Ces mécanismes sont nombreux. Par exemple, nous retenons plus facilement les informations qui correspondent à nos idées que les autres. Par ailleurs, l'esprit humain a une très mauvaise capacité à juger les faibles probabilités. Autrement dit, lorsqu'une personne estime qu'une probabilité est très faible, le risque est en réalité multiplié par dix ou quinze. Autre exemple, notre mémoire des faits ne correspond pas tout à fait exactement à la réalité. Enfin, nous avons tendance à surestimer les coûts par rapport aux bénéfices.

Ainsi, ces mécanismes influencent la pensée et peuvent induire en erreur. C'est ce que la sociologie appelle les illusions (ou biais) cognitives. Un manager qui prend une décision stratégique a souvent l'impression de le faire en toute connaissance de cause. Et pourtant...

Comment limiter le risque de faire un mauvais choix ?

Il faut se doter de moyens techniques pour lutter contre ces biais cognitifs, autrement dit reconnaître ces structures de pensée, afin d'optimiser sa décision. Il s'agit de mettre en oeuvre un processus mental très rapide. Par exemple, il faut privilégier les raisonnements contradictoires, envisager les choses sous au moins deux angles différents, ou encore réfléchir par l'absurde, c'est-à-dire en forçant le trait d'une situation donnée, pour faire apparaître les éventuelles faiblesses d'un raisonnement.

Quel ultime conseil donneriez-vous pour prendre les décisions qui s'imposent ?

Avoir l'humilité de reconnaître les passagers clandestins de sa pensée. Pour prendre une décision vraiment efficace, le manager doit cultiver sa capacité à l'autocritique, se méfier de son intuition, ou encore éviter les raisonnements inductifs. Par exemple, ce n'est pas parce que cela s'est bien passé dix fois avec un client que cela se passera forcément bien la onzième fois. L'expérience peut creuser les sillons de l'erreur.

Gérald Bronner est sociologue, professeur de sociologie à l'université Paris-VII, membre de l'Institut universitaire de France. Il dernier intervient aussi régulièrement auprès des entreprises sur la notion de risque.

Gérald Bronner animera prochainement trois stages de formations d'aide à la prise de décision avec Formadi, cabinet de conseil en formation et management. " Prise de décision : dirigeants et responsables, apprenez à déjouer les illusions cognitives ", 27-28 mai, 10-11 octobre et 10-11 décembre 2013 à Paris (1 950 € HT par participant).