Mon compte Devenir membre Newsletters

12% d’adresses e-mail sont inutilisables

Publié le par

Selon une étude du prestataire de marketing direct Edatis, 12% des adresses e-mail facturées sont inutilisables pendant une campagne d’e-mailing. Un outil qui donne toutefois de bons résultats.

Pour une campagne d’e-mailing de recrutement de clientèle, entre 40 et 60% des internautes ouvrent les messages publicitaires reçus sur leur boîte de courrier électronique. Ils sont 70% à le faire pour une campagne d’e-mailing de fidélisation. Voilà l’un des principaux enseignements de l’étude réalisée par le prestataire Edatis à partir des campagnes réalisées pour ses clients. Des chiffres qui sont intéressants, parce qu’ils montrent une fois de plus que l’e-mailing est aujourd’hui encore, en raison de sa nouveauté et de sa grande interactivité, un outil très pertinent pour les entreprises désireuses d’entreprendre des campagnes de marketing direct. Par ailleurs, l’étude montre que les taux de clics, c’est-à-dire le nombre d’internautes qui, ayant ouvert le message publicitaire, se sont également rendues sur le site de l’entreprise cliente, sont relativement importants : de 15 à 25% en recrutement et de 5 à 25% en fidélisation. De grands écarts qui s’expliquent essentiellement par la campagne elle-même, l’attrait et la pertinence du message. Enfin, autre enseignement de l’étude : si l’e-mailing n’est pas très onéreux (notamment par rapport aux autres outils du marketing direct comme le mailing courrier classique), il faut toutefois prendre en compte des coûts cachés. Ceux-ci sont liés aux fichiers d’adresses e-mail qui ont été payées par l’annonceur alors qu’elles ne sont plus valides. Au total, estiment les auteurs de l’étude, 12% d’adresses e-mail en moyenne seraient inutilisables. Un résultat qui confirme là encore que c’est sur les fichiers (adresses valides et fichiers opt-in) que repose l’avenir de l’e-mailing.