Mon compte Devenir membre Newsletters

De moins en moins d’expatriés, mais de plus en plus de cadres multiculturels

Publié le par

Les entreprises sont nombreuses à recruter des cadres locaux pour leurs filiales à l’étranger révèle une enquête réalisée par Ipsos pour l’Association pour l’emploi des cadres (Apec).

Les entreprises font de plus en plus appel, pour les postes à l’étranger, aux autochtones, même pour les emplois de cadres. C’est ce que révèle une enquête réalisée par Ipsos pour l’Association pour l’emploi des cadres (Apec). L’étude fait apparaître en effet que, lorsqu’elles délocalisent une activité, 36% des entreprises européennes ne recrutent que des cadres locaux et 26% ont recours à la fois à des expatriés et à des cadres locaux. Toutefois, il ne faudrait pas penser que l’expatriation n’a plus la cote. Car certaines multinationales, pratiquant ce que l’on pourrait appeler l’ " expatriation stratégique ", envoient des cadres à haut potentiel dans des filiales à l’étranger afin de les confronter à des contextes de travail différents. Il arrive même parfois, à l’inverse, que des cadres locaux soient amenés à passer quelques années au siège, puis dans d’autres pays. À noter par ailleurs que la loi de cohésion sociale du 20 décembre 2004 prévoit un nouveau type de contrat de travail pour les salariés effectuant une mission d’export : il permet à l’employeur de recruter un salarié pour une mission d’au moins six mois " effectuée en majeure partie hors du territoire national ". Au terme de la mission, l’entreprise n’a pas besoin de recourir à un licenciement économique si elle souhaite se séparer de ce collaborateur.