Mon compte Devenir membre Newsletters

Démotivation des salariés, absentéisme à la clé

Publié le par

L'absentéisme a gagné du terrain en France, pour atteindre en moyenne 17,8 jours par salarié. En cause : la démotivation des salariés, résultant en partie de la crise.

Le taux d'absentéisme a bondi d'un point, passant de 3,69% à 4,85% entre 2008 et 2009. Les résultats du deuxième baromètre de l'absentéisme réalisé par Alma Consulting Group font état d'une moyenne de 17,8 jours d'absence par collaborateurs.

Ces données, récoltées auprès de 200 entités françaises (soit 410 284 salariés), diffèrent selon les secteurs d'activité. Les domaines des services et de la santé sont en tête de liste, avec des taux d'absentéisme respectifs de 5,16% et 5,01%. En revanche, celui du commerce remporte la palme du présentéisme, avec un taux de "seulement" 3,47%.

Les DRH estiment, pour 61% d'entre eux, que la crise impacte le taux d'absentéisme au sein de leurs établissements. Toujours selon eux, les principaux facteurs d'absentéisme sont dus à la démotivation des salariés (25%), à la faible implication dans le travail (22%), au faible sentiment d'appartenance à l'organisation (13%), aux problèmes relationnels avec la hiérarchie et les collègues (11%) et au manque d'attention de l'encadrement aux problématiques RH (9%).
Près de 90% de l'absentéisme a pour motif la maladie. Cet absentéisme pour maladie suit une pente ascendante : +39% entre 2006 et 2008.

Si cette hausse de l'absentéisme au travail a un coût certain, il reste très difficile à déterminer. Toutefois, les DRH ne considèrent pas ce problème comme une fatalité. Près de la moitié d'entre eux ont engagé des mesures pour y remédier. « L'absentéisme n'est pas une fatalité uniquement liée à un état de santé, mais une affaire de management. Au-delà d'un seuil incompressible, il est l'expression au jour le jour de la mobilisation des salariés », analyse Yannick Jarlaud, directeur du département absentéisme d'Alma Consulting Group.