Mon compte Devenir membre Newsletters

En France, plus de la moitié des entreprises sont payées en retard

Publié le par

Les retards de paiements pèsent sur les entreprises françaises. C'est ce que révèle l'enquête d'Intrum Justitia. Et la Loi de modernisation de l'économie n'a pas eu l'impact escompté...

La crise sévit toujours : 58 % des entreprises sont payées en retard. Dans 80 % des cas, ces retards sont à attribuer à des clients, eux-mêmes en grandes difficultés financières. C’est ce que révèle une étude que publie Intrum Justitia, groupe suédois spécialiste du crédit management. Selon lui, cette situation devient de plus en plus difficile à gérer pour les PME françaises. En comparaison avec les chiffres de l’année dernière, si les délais de paiement se sont stabilisés à 59 jours, les retards de paiement, eux, augmentent : 18 jours en moyenne, contre 14 en 2008. Même si les entreprises se trouvent pénalisées, elles sont 65 % à attendre 85 jours en moyenne avant de faire appel à des sociétés de recouvrement.

Une autre étude*, réalisée en septembre par le cabinet de conseil en réduction des coûts LowendalMasa,  montre de son côté que moins d'un an après la loi de modernisation de l'économie (LME) sur les délais de paiement**, près de 56 % des entreprises estiment que cette réforme a eu un impact négatif sur leur trésorerie.
De plus, il apparaît qu'un certain nombre d'entreprises ont pris un retard important dans la mise en œuvre de la loi. Ainsi, en septembre dernier, moins de la moitié avaient modifié leurs conditions générales de ventes et seules 14 % d'entre elles appliquaient des pénalités de retard à leurs clients !
Dans les faits, 42 % des entreprises ont baissé les délais de paiement de leurs clients. Et 35 % affirment être payées plus rapidement aujourd'hui.
Les conclusions de l'enquête se veulent néanmoins positives. Toutes les entreprises qui ont mis en place des actions concrètes pour bénéficier des effets de la LME ont vu leur besoin en fonds de roulement diminuer.

* Étude menée auprès de 150 entreprises qui réalisent plus de 10 millions d'euros de chiffre d'affaires annuel, tous secteurs confondus.
** La loi de modernisation de l’économie comporte plusieurs volets, dont l’un concerne les délais de paiement. Ces délais sont limités à 60 jours maximums (avec des dérogations sectorielles possibles) et les pénalités de retard minimum sont doublées (à trois fois le taux d’intérêt légal ou taux BCE + 10 points) depuis la loi précédente.

Mot clés :