Mon compte Devenir membre Newsletters

Homatica, le site frère de Nomatica dédié à la maison high-tech

Publié le par

L’e-marchand de produits high-tech Nomatica vient de mettre au monde son petit frère, Homatica.fr, qui se focalise quant à lui sur la domotique (électronique dans la maison). Objectif : se recentrer sur son métier originel tout en se diversifiant.

Pour se recentrer sur son métier originel, à savoir la vente en ligne de produits high-tech nomades (appareils photo, vidéo, etc.), Nomatica a créé, en janvier dernier, Homatica, un site spécialement conçu pour la vente de produits high tech pour la maison. Dotés du même logo, un dauphin de couleur bleue pour le premier, rouge pour le second, les deux sites ont bel et bien un air de famille. Toutefois, Homatica élargit le champ des produits vendus par l’e-marchand. « Nous nous sommes, depuis le début, érigés en précurseurs des marchés en devenir, explique Stéphanie Bigarios, responsable marketing de Nomatica. La domotique et les produits “intelligents” dans la maison n’en sont qu’à leurs débuts, mais ils seront portés par un véritable phénomène de mode d’ici à quelques mois. Voilà pourquoi nous vendons aussi, à côté des ensembles home cinéma classiques, des tondeuses à gazon automatiques ! » Homatica cible prioritairement les femmes, les catégories socioprofessionnelles supérieures et les 25-55 ans. « Si le site n’en est encore qu’à ses balbutiements et que le trafic vient encore, pour beaucoup, de Nomatica, les clients potentiels sont relativement différents puisque sur Nomatica nous touchons avant tout les hommes férus de nouvelles technologies », poursuit Stéphanie Bigarios. Depuis début janvier, Homatica enregistre 60 000 visites, et les commandes les plus fréquentes concernent des machines à pain et des téléphones sans fil. « Nous envisageons de réaliser sur homatica.fr un chiffre d’affaires de 5 millions d’euros cette année », conclut Stéphanie Bigarios. Ce qui est très modeste comparé aux 105 millions d’euros envisagés par Nomatica pour son exercice clos au 31 mars 2005.