Mon compte Devenir membre Newsletters

Le Syndicat national de la communication directe dépoussière son code de déontologie

Publié le par

Six mois après l’entrée en vigueur de la loi sur la confiance dans l’économie numérique (LEN), le SNCD en tire les enseignements et soumet de nouvelles recommandations à ses membres.

La cause semble entendue : si en matière de prospection B to C, la règle du "consentement actif" (on ne dit plus opt in) s’applique, les professionnels de l’e-mailing ont réussi à faire passer l’idée que le consentement passif (la personne prospectée doit explicitement déclarer qu’elle ne souhaite pas être contactée) est acceptable dans le cadre d’une opération B to B. C’est, en tout cas, dans ce sens qu’ils interprètent le texte de loi. Néanmoins, pour éviter tout problème à ses adhérents, le SNCD a profité de la nouvelle loi pour toiletter son code de déontologie. Sur les notions de "services analogues", sur les précautions à prendre en matière de traitement des données personnelles ou les modalités de désinscription des listes, l’organisme a remis à jour ses recommandations. Et en a profité pour lancer un observatoire de l’e-mailing de prospection. Autant d’initiatives qui permettront aux agences et aux annonceurs d’y voir un peu plus clair…