Mon compte Devenir membre Newsletters

Le travail et l'argent : les deux priorités professionnelles des jeunes

Publié le par

Vous souhaitez recruter des jeunes commerciaux de 20 à 30 ans ? La Cegos a étudié cette génération. De quoi remettre en question certaines idées reçues sur leur vision du monde du travail.

On les appelle la génération Y. Qui sont-ils? Les jeunes de 20 à 30 ans. L’Observatoire Cegos a réalisé, en avril 2009, une enquête auprès de 1001 jeunes salariés et de 120 DRH. L’objectif était double : mieux comprendre les attentes des jeunes vis-à-vis du monde de l’entreprise et connaître les politiques RH mises en place vis-à-vis de cette population.

Premier enseignement : contrairement aux idées reçues, travail et argent font partie des piliers les plus importants de la vie des 20/30 ans. Car si la famille remporte tous les suffrages (1ere priorité pour 78% d’entre eux), le travail et l’argent passent ensuite bien avant le temps libre et les amis.

L’argent est d’ailleurs LE critère décisif dans le choix de son travail : que ce soit au niveau de la rémunération à l’embauche (principal critère d’importance à l’embauche pour 62% d’entre eux) ou des perspectives d’évolution (principal critère pour 35% d’entre eux). Des critères tels que l’intérêt du travail ou l’image de l’entreprise arrivent aux 4e et 5e rang. La flexibilité des horaires ou les missions internationales semblent même négligées : elles n’arrivent qu’en 18e et 20e rang… sur les 20 critères proposés !

Les trois quarts des jeunes sont prêts à rester dans la même entreprise si cette dernière répond à leurs attentes et leur permet d’évoluer. La mobilité, ils l’envisagent d’abord en interne afin notamment de changer de poste au sein de la même filière métier, comme le proclament 58% d’entre eux. Les 20/30 ans affirment d’ailleurs être globalement satisfaits de leur travail. Ils apprécient l’ambiance (à 73%) et la confiance que leur porte leur manager (à 72%) même s’ils sont 54% à penser que ce dernier ne leur a pas donné de retour régulier sur leur travail.
Toutefois, si l’ambiance de travail est mise à mal, alors les 20/30 ans quittent l’entreprise. C’est, en effet, à leurs yeux le premier critère motivant leur départ. Le manque d’intérêt de la mission arrive en 2e position.

Pour attirer les jeunes, les DRH misent d’abord sur l’image et la notoriété de l’entreprise ainsi que sur le contenu du poste. On observe là un décalage flagrant avec les priorités des jeunes qui placent la rémunération et l’évolution de carrière aux premiers rangs de leurs priorités. Pour les DRH, réviser leur politique de rémunération est même loin d’être d’actualité. Ils préfèrent se focaliser sur les parcours d’intégration, les processus de recrutement.

Pour Annick Allégret, directeur de l’unité RH & Management de Cegos de conclure: «Le jeune salarié a besoin d’un management plus individualisé, avec des objectifs à court terme, explicites et précis reposant sur un contrat clairement défini entre son manager et lui.»


Renseignements sur : www.cegos.fr