Mon compte Devenir membre Newsletters

Les PME françaises prévoient une diminution de leurs prix de vente en 2009

Publié le par

Les dirigeants de PME françaises prévoient de baisser leurs prix de vente de 1 % en 2009 pour parer à une baisse éventuelle de leur chiffre d'affaires, selon une étude mondiale de Grant Thornton.

Une étude de Grant Thornton, société d’audit et de conseil, menée auprès d’un panel de 7 200 entreprises privées à travers 36 pays représentant 81 % du PIB mondial, montre que les dirigeants de PME françaises interrogés prévoient une baisse moyenne globale de 1 % de leurs prix de vente sur les 12 prochains mois. Dans le détail, 28 % des chefs d’entreprise français envisagent une diminution de leurs prix de vente et 19 % une hausse éventuelle (contre 32 % en 2008).
Frédéric Zeitoun, associé chez Grant Thornton, commente : « Même si ces chiffres sont à première vue positifs pour le consommateur, il convient de rester prudent car ils peuvent être signe de risques de déflation, autrement dit une baisse durable et généralisée des prix entraînant un recul de l'activité. »
Les résultats de l’étude montrent également que 35 % des dirigeants français s’attendent à une baisse de leur chiffre d’affaires en 2009, qu’environ un quart seulement (26 %) prévoient une hausse sensible ou significative (contre 55 % dans l’édition précédente) et 39 % pensent qu’il n’évoluera pas.
Concernant les exportations, les chefs d’entreprise français pensent à 16 % qu’elles vont augmenter (contre 24 % en 2008). Leurs prévisions de recrutement restent les mêmes à 60 %,
26 % d’entre eux envisageant, par ailleurs, une diminution de leurs effectifs. Enfin, 48 % des dirigeants de PME interrogés prévoient une baisse de leur rentabilité en 2009 (34 % pensant qu’elle restera au même niveau).
« La perception des dirigeants quant à l’évolution de leurs exportations est probablement liée au critère du taux de change euro/dollar qui, selon les prévisions actuelles, devrait se contracter à la suite des décisions de baisses historiques des taux de la BCE » conclut Frédéric Zeitoun.