Mon compte Devenir membre Newsletters

Les cadres français dans le trio de tête

Publié le par

La France arrive en deuxième ou troisième position dans le classement des salaires moyens des cadres européens, selon que l’on parle en net ou brut.

Les Français arrivent en deuxième position dans le classement des rémunérations des cadres européens lorsque l’on compare les salaires nets et en troisième position lorsque l’on compare les salaires bruts. C’est ce que révèle la récente enquête sur les niveaux de rémunération européens menée par l’Apec, l’Association pour l’emploi des cadres, en collaboration avec le cabinet Hewitt Associates. L’étude s’est intéressée à cinq pays : l’Allemagne, l’Espagne, la France, l’Italie et le Royaume-Uni. Pour un cadre de niveau « middle management », l’étude nous apprend que le salaire brut médian est d’environ 90 000 euros au Royaume-Uni, de 83 000 euros en Allemagne et de 69 000 euros en France. Pour un cadre junior, le salaire brut est comparable au Royaume-Uni et en Allemagne (environ 57 000 euros) mais plus en retrait en France (43 000 euros). La position de la France s’améliore en considérant le salaire net des cadres, c’est-à-dire déduction faite des prélèvements fiscaux et sociaux et après les ajustements liés au coût de la vie. La France décroche alors la deuxième place du palmarès, derrière le Royaume-Uni mais. L’étude permet également de dresser un comparatif sur les politiques de rémunération annexe des cadres. En France, 95 % des entreprises offrent une rémunération variable sous forme de bonus et primes contre 100 % en Allemagne et au Royaume-Uni. En matière d’avantages en nature, on notera que le téléphone mobile s’est largement imposé, même si la France affiche le plus faible taux européen avec 88 % des entreprises qui offrent un portable à leurs cadres.