Mon compte Devenir membre Newsletters

Les entreprises sont conscientes du problème environnemental posé par les véhicules polluants

Publié le par

Les décideurs des entreprises françaises ont à l'esprit les conséquences des émissions polluantes des véhicules professionnels. Mais ils sont encore attentistes quant aux mesures à prendre pour en limiter l'impact sur l'environnement.

La préoccupation des décideurs de sociétés françaises pour les enjeux environnementaux est globalement partagée par toutes les catégories d'entreprises. Voilà ce qui ressort du Baromètre OVE/TNS Sofres 2007. Nombreux sont ceux qui veulent encourager leur entreprise à adopter des véhicules moins consommateurs de carburant (67%) ou moins polluants (56%) ces deux prochaines années. Parallèlement, les entreprises françaises attendent beaucoup de l'Etat et des constructeurs automobiles avant de s'équiper en véhicules alternatifs : elles aimeraient pouvoir bénéficier d'une baisse des prix à l'achat (84%) ; les attentes sont fortes aussi en matière de points de ravitaillement et d'autonomie (76%), ou d'implantation de nouvelles pompes E85 dans le cadre du développement de la filière super éthanol en France. Comparées au reste de l'Europe, les entreprises françaises sont à la traîne en matière de véhicules propres dans les petites structures (39% versus 50% pour la moyenne européenne). La présence d'au moins un véhicule propre dans les plus grosses entreprises est plus fréquente. Néanmoins, aujourd'hui, seuls 10% des véhicules diesels vendus sont équipés de filtres à particules (FAP), obligatoires à partir de 2010. En Europe, dans les entreprises de plus de 100 salariés, les décideurs tchèques sont les plus concernés par les émissions polluantes des véhicules (54%). Les Italiens et les Polonais sont les moins impliqués alors que ce sont les pays où le GPL est le plus développé (13% et 5%).