Mon compte Devenir membre Newsletters

Les internautes américains se prémunissent contre l’e-mailing

Publié le par

Sans attendre la législation, les internautes américains ont développé des méthodes anti e-mailing qui pénalisent les acteurs du marketing direct.

Les acteurs américains du marketing direct s’inquiètent des mesures mises en place par les internautes pour éviter les e-mails commerciaux. C’est ce qui ressort d’une étude menée par le cabinet Jupiter Research et l’éditeur de logiciels d’e-mailing EmailLabs. Première inquiétude : elle concerne les filtres anti-spam déployés sur les serveurs des entreprises ou sur les sites des fournisseurs d’accès. 31% des personnes interrogées estiment que ces filtres sont nuisibles, même lorsque les e-mails sont opt-in, parce qu’il arrive fréquemment que ces messages soient refusés par le filtre. C’est notamment le cas en B to B, ce qui est particulièrement préjudiciable puisque l’e-commerce inter-entreprises représente l’essentiel du marche du commerce électronique. En B to C, les acteurs sont inquiets car ils constatent le développement d’un comportement nouveau des internautes : ceux-ci créent désormais plusieurs adresses e-mail, certaines étant réservées aux offres publicitaires, d’autres à leur communication personnelle. Or, les adresses qu’ils donnent pour la communication publicitaire ne sont pas consultées assez régulièrement et un phénomène d’engorgement se créé, ce qui fait augmenter le taux de NPAI (« n’habite pas à l’adresse indiquée ») et diminue d’autant la rentabilité des opérations d’e-mailing. Cette étude est intéressante car, comme souvent en matière de nouvelles technologies, les comportements constatés outre-Atlantique préfigurent ceux des internautes français. Les annonceurs français n’ont peut-être donc pas tant à redouter la future loi sur l’économie numérique durcissant les règles relatives à l’e-mailing (loi qui doit être adoptée ce mois-ci par le Sénat) que les réactions des internautes.