Mon compte Devenir membre Newsletters

Les jeunes diplômés souhaitent un management de proximité et individualisé

Publié le par

Le Groupe de l'Edhec s'est penché sur l'autorité des managers. Résultat : plus de la moitié des personnes interrogées reconnaissent une légitimité à leur manager dont ils attendent une réelle proximité.

Dans le cadre des activités de la Chaire Leadership et Compétences Managériales, le Groupe Edhec a mené une étude auprès de jeunes diplômés récemment entrés dans la vie active afin de mieux cerner leurs perceptions et leurs attentes du management. Résultat : plus de la moitié des répondants considèrent que leur manager actuel est plutôt légitime à leurs yeux et qu'ils lui font confiance. Le manager est également reconnu par 91 % des interrogés comme une personne qui fait bouger leurs représentations de l'autorité (dans la majorité des cas de façon positive). Les répondants ont également mentionné des “incidents d'autorité” qui ont pu les choquer : l'excès d'autoritarisme, des menaces ou encore le dénigrement. A l'inverse, certaines situations positives ont été appréciées comme la solidarité managériale, les “gestes symboliques” qui expriment reconnaissance, confiance et soutien, mais également l'incitation aux responsabilités. Autre enseignement : dans les organisations dites modernes ou « par projet », les jeunes collaborateurs attendent une autorité essentiellement axée sur le développement de leur employabilité. Pour cette raison sans doute, la proximité est le critère le plus attendu par les jeunes diplômés. Ils sont également sensibles à l'exemplarité. Le charisme reste, en revanche, assez absent des registres des jeunes cadres. « Paradoxalement, au vu des résultats de l'étude, les jeunes diplômés peuvent tout à la fois contester une forme d'autorité et réclamer plus d'encadrement. Cela s'inscrit dans ce mouvement d'individualisation du rapport au travail et à l'entreprise, ainsi que dans cette attente du “sur mesure managérial” déjà pointée par bien des observateurs », souligne Sylvie Deffayet, professeur de management qui a encadré cette étude.