Mon compte Devenir membre Newsletters

Les taux de retour de l’e-mailing s’effritent

Publié le par

L’e-mailing serait-il victime de son succès ? C’est ce que tendent à prouver les chiffres de la dernière étude réalisée par Edatis qui font état d’une très nette chute des taux d’ouverture et de clics des e-mails commerciaux.

Entre 35 et 50% des internautes – seulement - ouvrent les e-mails commerciaux qu’ils reçoivent dans le cadre des campagnes de recrutement des annonceurs. C’est l’une des conclusions de la seconde édition de l’observatoire de l’e-mailing menée par le prestataire de solutions Edatis. Un chiffre qui a de quoi inquiéter, car le taux de retour était, un an plus tôt, compris entre 40 et 60%. La chute est donc brutale tout comme l’est le taux de clic qui varie de 7 à 17% actuellement contre 15 à 25% un an avant. Les campagnes de fidélisation par e-mail sont également un peu moins efficaces, mais dans des proportions très raisonnables : le taux de clic passe ainsi d’une fourchette entre 50 et 60% à une fourchette de 40 à 60%. Comment expliquer cette tendance qui montre très clairement une chute de la rentabilité des campagnes d’e-mailing ? Sans aucun doute par la popularisation de ce média auprès des annonceurs : en effet, plus on y recourt, plus les internautes se lassent de recevoir des messages commerciaux et moins ils les lisent. C’est la raison pour laquelle l’e-mail s’impose de plus en plus comme un outil du marketing direct au service des problématiques de fidélisation au détriment de celles liées au recrutement de nouveaux clients. Il faut d’ailleurs noter que les entreprises françaises l’ont bien compris : selon cette étude, le volume d’adresses e-mail internes a augmenté entre 60 et 130% en un an.