Mon compte Devenir membre Newsletters

Prosodie développe le premier service automatique de recouvrement de créances par téléphone

Publié le par

L'opérateur télécom Prosodie vient de développer pour la société Intrum Justitia, spécialiste des gestions de créances, un serveur vocal interactif (SVI) automatique afin de faciliter le recouvrement de créances des sociétés débitrices.

L'opérateur télécom Prosodie vient de développer pour le spécialiste de la gestion de créances, Intrum Justitia "un service innovant et accélérateur de revenus pour ses clients", selon ses propres termes. Intrum Justitia a en effet décidé, en avril 2005, de lancer le premier service de recouvrement de créances automatique par téléphone, destiné aux professionnels et aux particuliers. C'est Prosodie qui s'est acquitté de cette tâche. Le principe? Lorsqu'un débiteur décide de s'acquitter de sa dette, il compose le numéro indiqué par Intrum Justitia et choisit, à l'aide du menu vocal, soit la mise en relation avec des conseillers disponibles sur l'un des trois centres d'appels en France, soit le règlement téléphonique automatique par carte bleue. Dans ce cas, le débiteur s'identifie à l'aide de son code confidentiel. «À travers ce service, Intrum Justitia démontre la multiplicité des usages possibles du serveur vocal interactif. Ce dernier apporte un réel gain de productivité pour les entreprises», explique François Chaffard, responsable d'offre, division contact client de Prosodie. La solution de Prosodie ne requiert aucune installation spécifique au sein d'Intrum Justitia. Hébergée chez Prosodie, elle s'adapte aux infrastructures informatiques et téléphoniques existantes. Depuis sa mise en place, Intrum Justitia a constaté que le traitement automatique par téléphone permet d'aboutir plus rapidement au règlement des créances. À noter également que le canal téléphonique représente un média indépendant sécurisé qui incite le débiteur à s'acquitter de sa dette au plus vite. «Nos SVI enregistrent aujourd'hui près de 500 transactions par jour. Ce nouveau service a amélioré sensiblement notre qualité de service générale mais a également permis à nos conseillers techniques de se concentrer sur des tâches à plus forte valeur ajoutée pour nos clients et constitue donc une approche plus motivante et plus rentable pour la gestion de créances», constate Yann Duchemin, directeur des services informatiques chez Intrum Justitia. Coût: un coût de mise en place lié à l'application puis un cout d'hébergement facturé de différentes manières (soit au forfait ou au volume).