Mon compte Devenir membre Newsletters

Quel avenir pour la distribution face à l'essor de l'e-commerce ?

Publié le par

Une nouvelle étude commandée par Visa Europe montre que le commerce en ligne et la distribution traditionnelle pourraient avoir des rôles complémentaires dans un proche avenir.

Selon l’étude commandée par Visa Europe, les ventes par Internet devraient représenter près de 20% du chiffre d’affaires d’ici à 2012-2015 et les sites web auront de plus en plus vocation à être transactionnels plutôt qu’informatifs. Résultat : l’utilisation des technologies est appelée à se développer dans l’univers de la distribution qui n'a pas dit son dernier mot face à l'essor de l'e-commerce. Conséquence, la numérisation automatique, le suivi des produits pour reconstitution des stocks par radiofréquence (Radio-Frequency Identification ou RFID) et les promotions ciblées directement adressées aux clients pendant leurs courses vont devenir chose courante. De plus, ces derniers disposeront probablement de services internet/PC en magasin qui leur donneront immédiatement accès aux informations sur les produits et à l’opinion d’autres acheteurs.


Selon l’étude, le devenir des magasins de centre-ville d’ici sept ans est pour le moins incertain, plus d’un quart des commerçants (28,7%) s’attendant à une baisse du nombre de structures de vente. Les équipements commerciaux seront probablement d’un autre type, 70% des commerçants anticipant l’introduction de nouvelles formules et une progression des services d’information.
Les clients pourront commander sur le site et prendre livraison des articles en magasin tandis que des structures de plus petite taille mettront davantage l’accent sur les services et l’information plutôt que sur les stocks. La numérisation automatique semble un fait acquis : plus de 22% des commerçants envisagent de l’adopter sous une forme ou sous une autre. Ils sont 34% à vouloir introduire des balises RFID pour mieux gérer leurs stocks et proposer des promotions à leurs clients; ils sont près de 50% à se déclarer prêts à recourir à la technologie pour envoyer des promotions ciblées à leurs clients sur la base des données démographiques et autres informations recueillies au moyen des cartes de fidélité, e-mails et autres textes.

Autres conclusions importantes de cette étude réalisée auprès des distributeurs de sept pays européens :
Pour 60% d’entre eux, la principale finalité des sites web en magasin sera d’ordre transactionnel, alors que, pour un cinquième, ces sites auront plutôt une vocation informationnelle.
60% pensent que leur site web et leur magasin seront similaires tandis que 23% les imaginent totalement différents avec des fonctions très distinctes
Parmi ceux qui ne tablent pas sur une cohérence parfaite entre les sites web et les structures commerciales physiques, environ la moitié prévoit d’exploiter des types de commerces séparés.
Plus des deux tiers des distributeurs envisagent de lancer de nouvelles formules, notamment des services d’information avec enlèvement local, au côté des formats existants ; c’est notamment le cas des distributeurs britanniques et néerlandais.
D’ici à 2012-15, les consommateurs seront probablement plus de 71% à effectuer des recherches sur Internet avant de procéder à un achat.
48% des distributeurs devraient mettre à disposition de leurs clients des systèmes électroniques sous forme de kiosques électroniques ou de PC interactifs d’ici à 2015, les plus favorables à l’introduction de ces technologies étant les Suédois et les Allemands (52,7% et 52,6% respectivement).
48% des distributeurs estiment que les paiements électroniques sont importants ou très importants pour l’automatisation des services à la clientèle (ex : paiements automatisés, self-service). Les plus convaincus sont les Britanniques (53%) et les Néerlandais (50%).

Interrogés sur la probabilité d’adoption de technologies de paiement avancées, les distributeurs européens se montrent très favorables, en particulier au Royaume-Uni, aux options de paiement telles que les cartes sans contact, les cartes aux applications multiples pouvant être débitées, créditées ou prépayées, selon le choix, ou les paiements à l’aide d’un porte-clés ou d’un téléphone portable.