Recherche
Se connecter

Dans un environnement inconnu et complexe, comment prendre une décision en toute sérénité ?

Publié par Pascale Dages le - mis à jour à

Le contexte économique actuel est instable et complexe. Il requiert d'appliquer des processus décisionnels élaborés : être curieux et nuancé, savoir relativiser son point de vue, chercher à comprendre un problème, assumer son opinion et le risque d'erreur permettront le plus souvent de trouver une solution mieux adaptée à la situation complexe.

  • Imprimer

En tant que décideur (chef d'entreprise, dirigeant, manager…), vous devez agir rapidement et prendre des décisions entrainant des conséquences sur le long terme sans en avoir toujours la visibilité. Un des risques serait de ne pas statuer et de s'en remettre aux éléments indépendants de vous (et d'être dépossédé de votre capacité de choisir). Un autre risque serait d'adopter une solution rapide mais inadaptée au contexte en prenant une décision basée sur vos routines, avec un regard simpliste, soucieux de votre image sociale et en cherchant une réponse avant même de poser les problèmes.

Tout d'abord, rappelons que toute prise de décision implique une prise de risque intrinsèque à ce choix. Cette prise de risque peut être une cause de stress (peur de l'échec, de l'inconnu, des conséquences, du jugement des autres…).

Comment, dans ce cas, mobiliser vos ressources internes pour accéder à la logique, à la nuance et à l'intuition ? Une démarche en six étapes permet d'améliorer vos réactions face aux situations auxquelles vous êtes confronté et auxquelles vous devez répondre1.
Ce processus tend à faire baisser le stress en facilitant l'adaptation et la prise de recul. Il s'agit en effet d'aller au-delà des croyances et des schémas acquis qui font s'accumuler les échecs et le sentiment d'universalité de l'expérience ("c'est toujours comme cela que cela se passe") et à terme de limiter la prise de risque.

Voici quelques expressions-clés qui traduisent l'état d'esprit avec lequel vous arriverez à une prise de décision mieux adaptée.

1. La curiosité :

C'est la recherche active et exploratoire de la nouveauté. Il s'agit de sortir de la routine quelle que soit la situation, d'avoir un désir pour la nouveauté et la volonté de découvrir d'autres choses et d'autres êtres avec un œil neuf et sans porter de jugement.
Et vous ? "Pour savoir, il faut essayer", "Je me jette à l'eau", "Je préfère l'expérience aux longs discours", "La nouveauté m'attire", "Je suis partant pour de nouvelles expériences".

2. L'adaptation

Souvent, lorsque quelque chose vous contrarie, votre première réaction peut être le refus. Or, pour résoudre un problème, accepter la survenue d'événements qui dérangent, sans pour autant s'y soumettre et s'y résigner, est sans doute plus efficace. Il s'agit de faire preuve de souplesse et de pragmatisme. Cela vous permettra alors d'envisager les opportunités que cette situation offre.
Et vous ? "Regardons les choses en face", "Rien ne sert de faire l'autruche, de nier les faits", "J'accepte l'imprévu", "C'est l'occasion de rebondir".

3. La nuance

C'est percevoir la complexité des circonstances et des situations au-delà de leurs apparences. C'est pouvoir aller au-delà de la vision binaire, tranchée et simpliste des événements, des individus et percevoir les multiples facettes de la situation.
Et vous ? "Ne jugeons pas sans savoir", "Sachons changer de point de vue", "Et si je me faisais l'avocat du diable ?", "Je me mets à sa place".

4. La relativité

Après avoir nuancé votre point de vue et exploré les infinies nuances des événements, la prise de recul permet de relativiser votre avis en multipliant les points de vue et les contextes vous permettant de dédramatiser et d'être plus détaché des événements.
Et vous ? "Ne nous prenons pas la tête, est-ce si grave ?", "Qu'en penserai-je dans dix ans ? ", "Qu'en penserait mon meilleur amis ?", "Ce ne sont pas tant les choses qui nous font souffrir que l'idée que nous nous en avons".

5. La réflexion logique

Prendre le temps d'analyser et de comprendre la situation permet de ne pas se contenter des explications parfois superficielles et peu rationnelles données. Essayez de décoder les liens entre les causes et les effets, questionnez-vous sur le "comment".
Et vous ? "Comment ça marche?", "J'aime bien comprendre la logique des choses ou des comportements", "Prenons le temps de réfléchir", "Quelle est la logique derrière ?".

6. L'opinion personnelle

Assumer et affirmer votre propre opinion en vous détachant du regard des autres qui peut censurer votre choix. Il s'agit d'accepter les risques inhérents à cette prise de décision y compris ceux liés à l'image sociale. En assumant votre décision, vous serez en accord avec vous-même et retrouverez la sérénité.
Et vous ? "Que me coûte mon image?", "Pourquoi est-ce que je me sens toujours concerné ? ", "Est-ce vraiment mon choix ?"

En adoptant progressivement cet état d'esprit, vous pourrez améliorer votre savoir être et adapter vos réponses aux situations auxquelles vous êtes confrontés 2. Mais peut être le faites-vous déjà !

Notes :

1 Démarche développée en ANC (Approche Neurocognitive et Comportementale).

2 Vous pouvez vous reporter aux excellents livres de Christian Morel publiés chez Gallimard "Les décisions absurdes", octobre 2004 et "Sociologie des décisions hautement fiables, les décisions absurdes Vol. 2", avril 2012.

<p>Dipl&ocirc;m&eacute;e de l''&eacute;cole HEC, j''ai travaill&eacute; en tant qu''analyste en conseil [...]...

Voir la fiche
Julien van der Feer,<br/>rédacteur en chef Julien van der Feer,
rédacteur en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

La rédaction vous recommande

Par Groupe Up

Accroitre lengagement des collaborateurs est un veritable levier pour ameliorer la performance de lentreprise mais aussi la satisfaction de [...]

Sur le même sujet

s