Recherche
Se connecter

Publié par le - mis à jour à

Je m'abonne

Les autres secteurs qui tirent leur épingle du jeu en 2019

- L'architecture. Un marché dynamique. La demande de profils maîtrisant la technologie BIM restera forte et les agences de recrutement devront se démarquer pour attirer et fidéliser les spécialistes dans ce domaine. Il est regrettable que les responsabilités et la charge de travail de l'architecte soient peu reconnues, compte tenu de la complexité croissante des ouvrages et des missions. Ainsi, on note une différence importante entre les rémunérations pratiquées en architecture et celles en Ingénierie. Les commandes privées ayant pris le pas sur les commandes publiques, il existe un risque de baisse des missions des architectes. En dépit d'un tassement des demandes de permis de construire dans le logement, la conjoncture reste favorable.

- La banque, qui donne priorité à l'innovation. Le secteur poursuit sa mutation et de plus en plus d'opérateurs (les Fintechs, les banques en ligne, les grands groupes, etc.) proposent des services financiers. Cela pousse les opérateurs traditionnels à réduire leurs effectifs en agence, notamment sur les fonctions accueil, et à concentrer leurs recrutements sur des profils plus spécialisés. Les nouveaux acteurs bancaires bénéficient d'une organisation moins lourde et proposent de nombreuses opportunités professionnelles, laissant entrevoir de belles perspectives pour 2019.

- Le bâtiment et les travaux publics. Une croissance soutenue. En 2019, le secteur de la construction devrait poursuivre sa croissance, mais à un rythme moins important que celui de l'année passée, notamment en raison d'incertitudes liées aux mesures gouvernementales. Les intentions d'embauche en Production devraient rester à un niveau élevé avec des entreprises de taille intermédiaire qui recrutent proportionnellement plus que les majors du secteur. La demande de profils intervenant en amont de la production devrait légèrement diminuer. Dans ce contexte tendu, chaque décisionnaire doit prendre la pleine mesure de l'état du marché et optimiser ses process de recrutement afin de capter les meilleurs candidats. Le métier qui mérite une attention particulière est celui de conducteur de travaux principal. Véritable manager, il gère à la fois la sécurité, les budgets, les équipes chantier et les délais. Ce profil est en charge de la globalité du projet. Doté d'une bonne capacité managériale, il supervise des conducteurs et le chef de chantier. Pour ce type de poste, un Bac +2 minimum (type BTS Bâtiment) est requis. Le conducteur de travaux principal peut également poursuivre un cursus d'Ingénieur au sein d'écoles renommées (ESITC, ESTP,HEI, etc.). Si une formation Bac +5 permet un accès rapide à des fonctions d'encadrement,une expérience de 3-4 ans en conduite de travaux sera tout de même nécessaire.

Je m'abonne

la rédaction

Julien van der Feer,<br/>rédacteur en chef Julien van der Feer,
rédacteur en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet

s