Recherche
Se connecter

Parler en public en anglais

Publié par le | Mis à jour le

Pour beaucoup de personnes, parler en public est au top de la liste de leurs pires peurs. Et cela peut même être amplifié si vous devez faire une présentation dans une langue qui n'est pas votre langue maternelle – par exemple si vous devez présenter en anglais !

  • Imprimer

Parler en public en anglais ajoute un élément supplémentaire de stress. Vous aurez à booster votre confiance en vous pour le faire aussi naturellement que possible et pour parler et agir aussi normalement que si vous le faisiez dans votre propre langue.

Donc, être nerveux(se) est absolument compréhensible...

 Vous n’êtes pas une exception – même les présentateurs ou « speakers » très expérimentés se sentent toujours nerveux ou parfois anxieux. Lorsque nous savons que nous devons faire une présentation, nos premières pensées peuvent être:

- Vais-je être nerveux(se) ?

- A quoi vais-je ressembler ?

- Pour qui vais-je passer ?

- Que pensent-ils de moi?

 Tout d’abord, rappelez-vous que ce n’est pas une mauvaise chose d’être nerveux(se) – l’adrénaline peut vous permettre de rester sur vos gardes et faire en sorte que vous donniez le meilleur de vous-même.

 L’importance de réaliser une présentation réussie n’a rien à voir avec le fait de remporter un Oscar pour votre brillante performance en public. Le but est d’atteindre l’objectif que vous vous êtes fixé vous-même.

 Pensez à pourquoi vous réalisez cette présentation – ce n’est pas seulement pour tester vos compétences en présentation et vos compétences en langue Anglaise !

 Quel est votre but ? – quel est le résultat que vous souhaitez obtenir de votre présentation ? Le temps et l’énergie que vous mettez pour votre présentation sont un investissement – et avant de commencer à investir vous devez savoir quel retour vous escomptez !

 Ce qui est amusant à chaque fois que je demande au début de mes cours de présentation « quel est votre but ? » La plupart des participants diront « juste de le faire et finir aussi vite que possible ! » ou « parler aussi vite que je peux et finir ma présentation afin que les gens cessent de me fixer ! ».

Cela est compréhensible, mais ce n’est pas le genre d’objectif que j’aime entendre.

 Donc qu’est-ce qu’un bon objectif ?

En voici quelques uns :

-  faire en sorte que mes prospects sachent exactement quels services je peux leur fournir

- Faire en sorte que mes prospects sachent exactement quels services je peux leur fournir

- Présenter de façon logique pourquoi ils devraient me choisir et non mon concurrent

- Présenter la prochaine restructuration de manière compréhensible et rassurante à mes employé(e)s autour du globe

- Vendre une nouvelle idée de business à mes collègues dans les autres pays.

--   Tout commence par votre préparation ; vous pouvez commencer vos questions de préparation par trois étapes simples :

 Où en suis-je ?

- Où est-ce que je veux être à la fin de ma présentation ?

- Comment ma présentation peut-elle m’aider à y arriver ?

Pour obtenir ce que vous voulez, donnez leur ce qu’ils veulent !

 Lorsque vous avez cerné clairement ce que vous voulez atteindre avec votre présentation, l’étape suivante est d’identifier comment cette audience particulière peut vous porter vers votre objectif. Pour cela, vous devez savoir qui est votre audience, d’où viennent-ils, leur précédent, et pourquoi sont-ils ici aujourd’hui à vous écouter. En d’autres termes : Quel est l’intérêt pour votre audience ?

Quelle est leur motivation ? Pensez à qui vous écoutera, pourquoi ils écoutent – quelles informations ils veulent entendre de vous et sous quelle forme ils veulent l’entendre.

Exemple de mise en situation:

Quel sera mon rôle?

 Delphine travaillait pour le bureau de Paris pour un fournisseur multinational de produits de bureau. Elle a récemment commencé à mener un nouveau projet et à travailler avec une nouvelle équipe. A la première réunion, Delphine donna une présentation à ses membres d’équipes en expliquant le projet en détails. Elle expliqua ce qui serait atteint, et comment cela s’imbriquerait dans la stratégie globale et les objectifs de la société. Elle continua en expliquant le rôle de chacun des membres de l’équipe et finit par les détails du planning qu’ils mettraient en place dans le but de compléter le projet à la date requise. Les membres de l’équipe de Delphine étaient enthousiastes et cette dernière était ravie de sa présentation. Elle avait atteint son but de motiver les membres de son équipe pour continuer le projet. La motivation de l’équipe était son rôle.

La semaine suivante, le chef de Delphine vînt vers elle pour lui dire que le directeur de son unité de production voudrait informer les équipes de certains autres bureaux internationaux à propos du projet. Il voulait que Delphine aille à Manchester et présente le projet à l’équipe Anglaise.

Delphine était excitée et ravie d’avoir l’opportunité de pratiquer son Anglais dans un environnement réel. La présentation qu’elle avait réalisée auprès de son équipe avait été réussie – donc tout ce qu’elle avait à faire était de présenter exactement la même chose en Anglais.

Avant le voyage, elle prit quelques heures pour travailler sur la présentation et réaliser une version Anglaise. La plupart des diapositives étaient assez simples à traduire, et lorsqu’elle rencontra quelques difficultés elle s’aida d’un outil de traduction sur internet. Elle se fit un petit « carnet mémo » avec les mots et phrases dont elle pensait qu’elle aurait besoin afin qu’elle puisse répondre aux questions qu’ils pourraient poser en Anglais. En allant à Manchester, elle se sentit assez confiante sur le fait qu’elle pourrait faire une présentation réussie en Anglais.

La présentation se passa bien. L’équipe Anglaise était accueillante et amicale, et semblait comprendre les diapositives assez bien. Delphine était ravie. Mais à la fin de la présentation, quand Delphine demanda s’il y avait des questions, elle réalisa que cela était juste le début. Cela allait être plus difficile que la présentation qu’elle avait faite en France à la maison.

L’équipe Anglaise ne posa pas beaucoup de questions à propos de l’organisation du projet, ni à propos du planning et de qui ferait quelle tâche. Ils demandèrent qu’elle était l’idée cachée derrière le fait de le présenter en Angleterre ? L’équipe Anglaise aurait-elle à travailler avec l’équipe de Delphine ? Ou auraient-ils à mettre en place un projet similaire ? Ils lui posèrent des questions sur le service client dans l’activité Française, sur les relations de travail et la hiérarchie au sein du bureau Français et sur les conditions de travail, sur les congés et les heures supplémentaires en France. Ils la questionnèrent sur le reporting des lignes de dotation entre les bureaux, sur le partage de fournisseurs et sur les statistiques de performances combinées entre deux bureaux.

Delphine était complètement désarmée. Elle réalisa que son niveau scolaire d’Anglais ne l’aiderait pas à répondre à toutes ces questions et elle réalisa qu’elle ne connaissait même pas les réponses à certaines d’entre elles. Elle devait admettre qu’elle n’avait aucune idée de pourquoi son chef lui avait demandé de venir à Manchester pour présenter son projet – elle ne pensa pas à lui demander quels étaient les plans de la société et comment son projet s’imbriquerait dans le contexte international. Elle quitta le bureau de Manchester sachant qu’elle n’avait pas pu leur donner l’information qu’ils voulaient parce qu’elle n’avait pas préparé cette présentation de façon appropriée.

Où Delphine s’est-elle trompée? Qu’aurait dut-elle faire différemment ?

Delphine s’est concentrée pour être certaine qu’elle puisse dire à l’équipe Anglaise comment le projet Français allait fonctionner. Elle s’est préparée avec des diapositives et a pratiqué son vocabulaire afin de transmettre le même message qu’elle avait transmis à son équipe.

Mais elle ne s’est pas focalisée sur son rôle différent dans cette situation. Son rôle à la présentation Anglaise n’était pas de mener l’équipe du projet – son rôle ici était de construire des relations interculturelles et faire naître des relations bénéfiques avec le bureau Anglais. Elle ne se demanda pas auparavant pourquoi elle y allait et qu’est-ce que l’équipe en Angleterre attendrait de sa visite.

 WIIFM (What’s In It for me?) Quel est l’intérêt pour moi ?

Une équipe différente, un pays différent, une culture différente. Delphine aurait du prendre en considération auparavant quelles sortes d’informations ils voudraient, quelles sortes de questions ils poseraient et se préparer avec des réponses – le vocabulaire Anglais et les phrases – pour toutes éventualités.

Connaître son audience

 Donc, l’un des points clés du succès est de connaître votre audience. Faîtes vos devoirs ! Trouver qui ils sont, d’où ils viennent, pourquoi ils sont ici et ce qu’ils recherchent.

Faîtes-vous une liste simple :

- Trouvez autant de choses que possible sur le groupe en avance

- Apprenez les noms de votre audience et utilisez-les si possible

- Anticipez les problèmes potentiels et vos réponses

- Pratiquez les réponses aux questions difficiles

- Rappelez-vous que s’il y a un mélange de cultures vous avez besoin d’utiliser vos   sensibilités interculturelles

- Déterminez le niveau d’Anglais de votre audience : sont-ils des Anglophones de langue maternelle ? Sont-ils Anglophones tout court ?

Lorsque vous savez qui ils sont et pourquoi ils sont là : Donnez leur ce qu’ils veulent

 Voici quelques unes des questions que vous pouvez vous poser avant de commencer :

- Quelle est l’information la plus importante pour votre audience?

- Classez vos informations selon leurs priorités – soyez certain(e) que vous incluez aussi tout ce dont vous avez besoin pour vos propres objectifs

- Comment vais-je communiquer mon message afin qu’il soit compris par tous dans la salle ?

- Mettez vous à leur place au fur et à mesure qu’ils écoutent ce que vous dîtes

- Quelles histoires/faits sont intéressant(e)s pour les participant(e)s ?

- Actualisez votre présentation pour qu’elle soit plus vivante en incluant des informations récentes ou des faits – peut être quelque chose que vous venez de lire dans le journal local. - - Le savoir sur un sujet qui n’est pas nouveau pour vous peut l’être pour votre audience – et peut être possédez-vous une expérience que votre public n’a pas.

Une fois que vous avez commencé votre présentation, rappelez-vous de jauger l’atmosphère dans la pièce, focalisez-vous sur votre audience et utilisez pleinement le contact avec le regard.

 Donnez-leur ce qu’ils veulent et vous êtes à la moitié du chemin pour obtenir ce que vous voulez !

 Pendant les nombreuses années où j’ai mené des programmes de formations de présentation en Anglais, j’ai vu des personnes très nerveuses évoluer vers un état confiant et enfin l’apprécier. Cela m’a convaincu qu’il est possible d’apprendre à être un bon présentateur et que la pratique et la motivation sont des éléments clés dans cette courbe d’apprentissage.

La prochaine fois nous aborderons davantage la structure et l’utilisation du langage positif pendant vos présentations en Anglais.

 

<p align="justify">Diana est Directrice g&eacute;n&eacute;rale de ETACC &laquo; European Training and Coaching Company &raquo;. [...]...

Voir la fiche
Julien van der Feer,<br/>rédacteur en chef Julien van der Feer,
rédacteur en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet